À la recherche de l’intériorité perdue

Le poids de la seconde de silence…

La liturgie ne s’adresse pas qu’à l’intelligence, elle s’adresse aux sens. Elle est de l’ordre du signe, un signe visible qui renvoie à de l’invisible. Elle suggère le Mystère, la présence de Dieu. Elle nous aide à entrer en relation avec Dieu.

Mgr de Germay, évêque d’Ajaccio, en entretien avec Marie-Ange de Montesquieu sur Radio Notre-Dame.

Peut-être ne connais-tu pas l’homme d’acier ?

« L’argumentation d’Origène et les problèmes qu’il affronte dans un tel texte sont d’une brûlante actualité : comment ne pas reconnaître dans les accusations de Celse et ses arguments quelque chose de la manière dont notre monde sécularisé interpelle les chrétiens dans leur foi, et dans leur rapport à la Révélation en particulier ! Et elle nous pose la question : sur quelle méthode, sur quels critères, fondons-nous aujourd’hui la défense de la foi ? En attendant de pouvoir mieux répondre à cette question, avec l’aide précieuse de guides tels que le document de 1993 publié par la commission biblique pontificale, nous faisons nôtre la prière de Benoit XVI pour demander au Seigneur ‘de nous donner aujourd’hui des penseurs, des théologiens, des exégètes, qui découvrent ces multiples dimensions, cette actualité permanente de la Sainte Écriture, sa nouveauté pour aujourd’hui’, et retournons de ce pas à l’étude de la Bible.

Lire Pneumatis, déjà retourné à ses chères études

Pensée du jour

Il faut nous en convaincre : la science n’est pas seulement une quête désintéressée de la connaissance.

André Chassaigne

Nous n’en avons pourtant pas fini avec les clichés bistrotiers

« Pour appuyer le poncif d’une haine chrétienne du corps, Onfray ne manque pas d’imagination. Saint Paul serait frappé d’ ‘une impuissance sexuelle avec turgescence impossible’, Origène se serait émasculé, la mère de Constantin, premier empereur chrétien, serait une prostituée et sainte Marie d’Égypte, également, qui se ‘prostituait au premier venu’ dans le désert. Les hommes sont eunuques ou impuissants, les femmes sont des putes, rien que cela, et rien de plus fin. Pourtant rien ne vient étayer ces quatre affirmations, de sorte que l’on se demande qui, de l’Église ou de Michel Onfray, est névrosé et laisse la bistouquette emmener sa raison.

Inexistence de Jésus, haine du corps, nous n’en avons pourtant pas fini avec les clichés bistrotiers… »

Lire Koz sur son blogue éponyme toujours

Ils squattent notre monde et sont fermés à la vérité

« Dans ces séances de spiritisme, on ne reste jamais longtemps en communication avec le défunt, qui ne semble pas avoir grand-chose à nous dire, à part quelques mots convenus, qu’il va bien et qu’il nous aime… Très vite, ce sont des esprits qui prennent le relais. Qui sont-ils ? En un mot, je crois qu’ils appartiennent à ce que l’on appelle le monde invisible. Ce ne sont pas des anges, qui communiquent avec nous de manière plus subtile et moins théâtrale, mais des démons, des anges déchus. Parce qu’ils appartiennent à l’ordre de la création, ils ont des connaissances comme nous, les humains, et ils savent des choses concernant notre vie ou celles de nos proches vivants ou décédés. Mais justement parce qu’ils ne sont que des êtres créés, leurs connaissances sont limitées, d’autant plus que le monde angélique leur est fermé et qu’ils sont loin de Dieu. Ils squattent notre monde et sont fermés à la vérité.

Michael Dor sur l1visible.com

Le talent biblique n’est richesse et ne croît que s’il est travaillé… et offert

« Image des dons de la grâce divine, les talents sont donnés non pas comme un acquis valorisant ou un trésor à déterrer pour se sauver…. mais pour porter du fruit, du plus profond de nos cœurs au plus audacieux de nos engagements et de nos partages. Copernic voudra que le génie soit 1% d’inspiration et 99% de transpiration. Le talent biblique n’est richesse et ne croît que s’il est travaillé… et offert ».

Abbé David Lerouge sur J’apprends à regarder