Un bonheur tombé du ciel

« Mon précieux correspondant ne peut s’empêcher d’exprimer sa joie. ‘Un bonheur indicible m’envahit’, écrit-il. Dans la suite de sa lettre, il explique que, sur le lac de Moliets, le rendez-vous entre le milan noir et le pêcheur landais à la barque verte s’est reproduit de nombreuses fois. Ces rencontres sont-elles dues au hasard ? Le milan reconnaît-il la barque ? ‘Voici trois ans, précise-t-il, une tête de brème et son arête principale sont retombées dans la barque. Voulait-il me signifier qu’il était de retour, ou était-ce fortuit ?' »

Jean-Claude Guillebaud sur lavie.fr