Cette espérance d’un Jésus qui les accompagne au plus près, en dépit de tout !

« Elle ne lui pardonnait pas son départ, refusait tout contact, renforçant sa culpabilité. ‘La seule chose qui me restait était de lui demeurer fidèle et de prier pour elle’ dit-il, sans pour autant être en paix.

Cette séparation contrainte est plus fréquente qu’on ne le croit, et pas seulement en cas de troubles psychiques sévères. Avec souvent le sentiment d’échec et de culpabilité pour celui qui reste ‘Je n’ai pas su l’aimer jusqu’au bout’.

Lire la suite

Pensée du jour

Parfois, on croit perdre quelque chose et… on ne sait pas qu’on est en train de gagner infiniment plus.

Éliette Abecassis

Parole du jour

À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre,
Barnabé fut dans la joie.
Il les exhortait tous
À rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur.
Et c’est à Antioche que, pour la première fois,
Les disciples reçurent le nom de chrétiens.

Actes 11

L’éducation selon le style ignacien

« Le Pape François a rencontré 120 séminaristes de l’unique séminaire interdiocésain dirigé en Italie par la Compagnie de Jésus, le Séminaire pontifical Campano di Posillipo, fondé par Pie X en 1912. Il a invité les séminaristes à rejeter la logique du minimum indispensable pour découvrir au contraire ‘les grands rêves que Dieu a pour nous’.

Après s’être félicité du choix gagnant que représente un cheminement synodal entre diocèses et les Jésuites, en ces temps ‘où nous nous sentons petits et impuissants face au défi éducatif’, le Pape est revenu sur la mission ardue mais exaltante de ce séminaire pontifical : former à la spiritualité propre au presbytère diocésain selon la pédagogie des Exercices de Saint-Ignace.

Lire plus sur radiovaticana.va

« Nous ne pouvons sérieusement pas souhaiter l’échec du nouveau chef de l’État »

Par amour de notre pays, nous ne pouvons sérieusement pas souhaiter l’échec du nouveau chef de l’État, bien au contraire, ni désespérer définitivement de l’engagement politique – à commencer par celui des chrétiens. Mais la vigilance s’impose. Brebis derrière Celui que la liturgie nous présente ce dimanche comme « Chemin, Vérité et Vie », nous ne sommes pas pour autant des moutons de Panurge. L’élu n’est pas l’Élu.

Editorial d’Antoine-Marie Izoard dans Famille Chrétienne :

 

L’émerveillement est la première condition de la transformation de soi

« ‒‒ Une éducation qui pousse à l’émerveillement et à la contemplation – un des thèmes de Laudato si’ – n’est-elle l’antidote à la tentation du débordement ?

‒‒ L’émerveillement est la première condition de la transformation de soi. L’émerveillement est du domaine de l’éveil, et l’éveil est partagé par la spiritualité en règle générale, qu’elle soit plus ou moins dogmatique – et notamment religieuse -, ou purement métaphysique ».

Cynthia Fleury sur Clameurs

Des nouvelles de Mgr Vingt-Trois

Après une amélioration sensible de son état de santé, le cardinal André Vingt-Trois a quitté l’hôpital à la fin du mois d’avril. Il poursuit son traitement et sa rééducation. Il reprend progressivement ses activités au service du diocèse de Paris. Le Cardinal remercie à nouveau toutes celles et ceux qui l’ont soutenu par la prière et qui lui ont adressé des messages d’encouragement au cours des deux mois écoulés.

Diocèse de Paris

Fatima, 100 ans sous le regard de Marie

« À l´occasion du centenaire des apparitions, le magazine Hors-les-murs vous emmène au sanctuaire de Fátima, bâti sur les lieux des apparitions à partir de 1919. Près de cinq millions de pèlerins du monde entier s´y rendent chaque année. Que viennent-ils chercher ici ? Comment se déroule un pèlerinage ? Depuis les apparitions, le monde a radicalement changé. En quoi le message de la Vierge nous rejoint aujourd´hui ? Nous suivrons un groupe de pèlerins du diocèse de Bayonne, et nous rencontrerons l´évêque de Leiria-Fátima, Mgr Antonio Marto, le recteur du sanctuaire, le père Carlos Cabecinhas, et soeur Angela Coelho, postulatrice pour la cause de canonisation de Jacinthe et François ».

Voir la vidéo sur KTO

L’unique extrémisme admis pour les croyants : la charité !

La campagne des présidentielles est finie, on peut espérer que le calme et la paix reviennent un peu. Pour cela, voici la conclusion de l’homélie du Pape François en Egypte, le 29 avril dernier :

Dieu n’apprécie que la foi professée par la vie, parce que l’unique extrémisme admis pour les croyants est celui de la charité ! Toute autre forme d’extrémisme ne vient pas de Dieu et ne lui plaît pas !

A présent, comme les disciples d’Emmaüs, retournez à votre Jérusalem, c’est-à-dire à votre vie quotidienne, à vos familles, à votre travail et à votre chère patrie, pleins de joie, de courage et de foi. N’ayez pas peur d’ouvrir votre cœur à la lumière du Ressuscité et laissez-le transformer votre incertitude en force positive pour vous et pour les autres. N’ayez pas peur d’aimer tout le monde, amis et ennemis, car c’est dans l’amour vécu que résident la force et le trésor du croyant !