De l’unité de vie

« Au bout d’un moment de perplexité quant à cette scène, je me suis mise à sourire dans le train. Je pense que, durant ces premiers mois de vie consacrée, je suis encore en train d’apprendre, de découvrir, le don de Dieu spécial de cette forme de vie, qui ou plutôt ce que je suis devenue tout en étant la même…

Et si les autres étaient aussi patients apprentissages de notre identité ?

Et si les autres étaient aussi patients apprentissages de notre unité de vie ? »

Prise en flag, chez Zabou

Parole du jour

Bénissez ceux qui vous persécutent ;
Souhaitez-leur du bien, et non pas du mal.
Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie,
Pleurez avec ceux qui pleurent.

Romains 12

La cathédrale Notre-Dame de Paris est en danger

« La cathédrale Notre-Dame de Paris est en danger. La flèche qui fut reconstruite par Viollet-le-Duc au XIXe siècle, le chœur et le chevet sont à restaurer rapidement, car c’est la sécurité même du vénérable édifice qui est compromise. Fort heureusement, ces mauvaises nouvelles ne sont pas sans contreparties. L’archevêché, le recteur de la cathédrale Mgr Chauvet, la Fondation Notre-Dame sont à l’offensive pour trouver des mécènes jusqu’aux États-Unis. L’État et la ville de Paris les soutiennent et on comprend leur intérêt. Notre-Dame est le monument le plus visité de la capitale. Avec la tour Eiffel, il en est le plus emblématique, sa renommée étant internationale ».

Gérard Leclerc sur france-catholique.fr

Il nous faut répondre à cela, et continuer à vivre

Manchester

Les innombrables personnes qui se pressent ici côtoient les caméras du monde entier. Au bout de la place, à l’église Sainte-Anne, Nigel Ashworth, le recteur, a le visage de ceux qui ont peu dormi.

Il raconte les centaines de visiteurs éprouvés, les embrassades, les paroles de réconfort. Dans un office célébré dimanche 28 mai, diffusé par la BBC, le prêtre anglican résume en quelques mots le sentiment qui domine dans la ville du nord de l’Angleterre : ‘Dans les messages que nous avons reçus, une question cruciale revient à de très nombreuses reprises : Pourquoi ?’

Le recteur n’a évidemment pas de réponse, même s’il insiste pour dire que ‘Dieu prend cette interrogation au sérieux’. ‘Nous préférerions que tout cela ne se soit jamais passé. Mais c’est arrivé et désormais, il nous faut répondre à cela, et continuer à vivre' ».

Loup Besmond de Senneville sur la-croix.com

Béatification du père Hamel ?

« Le procès canonique va commencer par l’audition des témoins les plus âgés. Il s’agit de fidèles qui assistaient à la messe le 26 juillet dernier, et qui ont vu le père Jacques Hamel, 85 ans, qui célébrait l’eucharistie, se faire égorger au pied de son autel, en criant « Satan, va t’en ! », à ses deux assassins jihadistes. Les cinq témoins directs – un couple de paroissiens et les trois religieuses – seront interrogés par un tribunal dont les trois membres ont été choisis par l’évêque de Rouen – un juge, un promoteur de justice (qui tient le rôle de procureur) et un greffier ».

Écouter sur rtl.fr

Un bonheur tombé du ciel

« Mon précieux correspondant ne peut s’empêcher d’exprimer sa joie. ‘Un bonheur indicible m’envahit’, écrit-il. Dans la suite de sa lettre, il explique que, sur le lac de Moliets, le rendez-vous entre le milan noir et le pêcheur landais à la barque verte s’est reproduit de nombreuses fois. Ces rencontres sont-elles dues au hasard ? Le milan reconnaît-il la barque ? ‘Voici trois ans, précise-t-il, une tête de brème et son arête principale sont retombées dans la barque. Voulait-il me signifier qu’il était de retour, ou était-ce fortuit ?' »

Jean-Claude Guillebaud sur lavie.fr

Prix Écritures & Spiritualités : ‘Azyme’ et ‘Paysage d’hiver’

« Le Prix Écritures & Spiritualités récompense depuis 1979 des ouvrages empreints de spiritualité, dont l’écriture s’inspire ou non des grandes traditions religieuses. L’intérêt d’un tel prix littéraire est de permettre aux lecteurs en quête d’aventures spirituelles, sensibles à la qualité de la langue, de trouver une nourriture de grande qualité pour avancer et se constituer une bibliothèque actuelle porteuse de sens.

C’est une phrase d’Édith Stein qui a été choisie par l’association pour définir sa démarche : Mon désir ardent de la vérité est mon unique prière. Le jury s’est réuni le 9 mai pour distinguer deux ouvrages. François Sureau en est le président d’honneur, Karima Berger la présidente du jury, eux-mêmes entourés de Leili Anvar, Geneviève Bouchiat, Catherine Chalier, Olivier Germain-Thomas, Monique Grandjean, Christophe Henning, Colette Nys-Mazure et Alain Vircondelet. Dans les catégories littérature et essais, les prix ont été respectivement décernés à Jean-Philippe de Tonnac pour Azyme et Christine Jordis pour Paysage d’hiver, Voyage en compagnie d’un sage ».

Lire plus sur aleteia.fr

Qaraqosh : le retour de Rode

« La réinstallation de Rode a fait l’objet d’une belle victoire de la solidarité sur la folie meurtière de Daech : toute sa famille s’est mobilisée pour que l’entreprise soit prête à accueillir les nouvelles machines. La mère de Rode a même fait le ciment pour boucher le trou que les djihadistes avaient laissé, par lequel ils passaient de l’usine à l’entrepôt derrière transformé en garage, où ils piégeaient les voitures, la nuit, à l’abri des bombes…

Il espère ainsi embaucher prochainement quatre personnes compétentes dans le travail des métaux. En attendant le retour complet, les vols étant encore d’actualité dans Qaraqosh, il dort sur place, sous le hangar abritant ses machines, pour veiller sur elles ! L’activité en elle-même redémarre doucement ce qui permet à Rode de s’avancer pour  fournir aux ONG actives dans la reconstruction des maisons les portes et fenêtres dont elles auront besoin ! »

Lire plus sur fraternite-en-irak.org

Le jeûne provoquerait la régénération des cellules souches…

… et aiderait à lutter contre le cancer.  C’est ce qui a été établi par des scientifiques, et ce n’est pas nouveau, puisque la publication de l’étude date de 2014. Mais il est bon de le rappeler, même si – chrétiens – nous sommes déjà loin du carême (dont la vocation première n’est de toute façon pas la thérapie physiologique du jeûneur). Les résultats de l’étude sont surprenants:

Lire la suite

Fête de Jeanne d’Arc

A l’occasion de la fête de sainte Jeanne d’Arc, le 30 mai 2015, jour de sa naissance au ciel, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, prononçait un panégyrique de la patronne secondaire de la France. Il a ainsi invité à « entendre la leçon de Jeanne d’Arc », « à l’heure où tant de nos contemporains ne voient dans le bien commun qu’un patrimoine économique à répartir entre les différentes catégories sociales », et « quand beaucoup mettent leurs intérêts particuliers, même les plus légitimes, au-dessus de toute considération des enjeux collectifs ».

Le message évangélique n’est pas « écrit » ni dicté par Dieu

Jean-Claude Guillebaud nous fait le plaisir de partager dans La Vie un fruit de ses échanges avec le théologien Maurice Bellet. Extrait :

Le message évangélique n’est pas « écrit » ni dicté par Dieu, mais annoncé par Jésus et transcrit tant bien que mal par les évangélistes. […]  Cela signifie qu’on ne peut pas se conformer de manière rigide au texte, ni lui obéir. Il s’agit de s’en inspirer, ce qui est bien plus riche, plus vivant. À la différence d’un texte, une parole n’est jamais séparée de la vie, « dans le mouvement infini de la parole et de l’écoute » (Maurice ­Bellet). Elle s’adresse à l’autre, suscite l’échange, la discussion, la relation. Gardons ici en tête le premier verset de l’Évangile de Jean : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » Pour cette raison, l’Évangile n’est pas un livre qui aurait été interprété une fois pour toutes. Ce n’est pas un savoir intellectuel, ni une érudition intimidante. Il est vivant, comme toute expérience humaine. […]

A lire dans La Vie.

Il y a 70 ans, le Séminaire des Barbelés fermait ses portes.

La messe au Séminaire des Barbelés

Ce séminaire, ouvert initialement à Orléans au printemps 1945, puis installé au Coudray, à la sortie de Chartres, d’août 1945 à juin 1947, avait été créé pour regrouper les séminaristes parmi plus d’un million de prisonniers allemands en France. […] Au total, 939 prêtres, religieux et séminaristes allemands sont passés au Coudray et 630 en sont sortis comme prêtres. Le supérieur du séminaire des barbelés, le Père Georges Le Meur, ancien prisonnier politique de Fresnes, avait insisté pour que son recteur soit le prêtre allemand Franz Stock, qui avait été, pendant toute la guerre, aumônier des prisons de Fresnes, de la Santé et du Cherche-Midi et qui avait accompagné avec un dévouement sans faille plus d’un millier de futurs fusillés au fort militaire de Suresnes.

C’est la fermeture de ce séminaire particulier qui a été célébrée ce samedi 27 mai à Chartres, en présence d’une trentaine de séminaristes allemands, accompagnés de quelques autres « Chartrenser » – anciens séminaristes allemands à Chartres – lui-même ancien du séminaire, Mgr Michel Pansard, évêque de Chartres, et Mgr Éric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris. (La Croix)

Découvrir la vie de Franz Stock et lire son discours pour la fermeture du séminaire.

Le pape François a célébré la Journée Mondiale des communications sociales

Ambition du Samaritain ?

« Pratiquer une communication constructive, qui rejette les préjugés, brise le cercle vicieux de l’anxiété et de la peur, et n’accorde pas au mal un rôle de premier plan, appelle de ses vœux le pape François dans son message pour cette 51e Journée mondiale de la communication.

Et il l’a réaffirmé, après la prière du Regina Coeli, ce dimanche 28 mai, place Saint-Pierre: ‘J’exhorte tout un chacun à une communication constructive qui rejette les préjugés envers l’autre et transmette espérance et confiance en notre temps. Les moyens de communication sociale offrent la possibilité de partager et de diffuser à l’instant des nouvelles de façon capillaire ; ces nouvelles peuvent être belles ou laides, vraies ou fausses ; prions pour que la communication, sous toutes ses formes, soit effectivement constructive, au service de la vérité, en refusant les préjugés, et qu’elle diffuse l’espérance et la confiance en notre temps' ».

Lire plus sur aleteia.org

Martyrs d’Égypte : ils nous ont demandé de renoncer à Dieu

« “Ils m’ont pris mon frère. Ils lui ont tiré une balle sous le menton puis une autre dans le cœur” dit-elle dans un dernier filet de voix. On l’entend à peine, ses yeux tournés vers le ciel, les mains tendues vers le souvenir de son frère quand il lui souriait encore quelques minutes avant de monter dans le bus. Comme des dizaines d’autres chrétiens, le jeune homme se rendait vendredi dernier, veille du ramadan, en pèlerinage au monastère Saint-Samuel en plein désert. Ils sont tombés dans une embuscade, revendiquée dès le lendemain par le groupe État islamique. “Une dizaine d’hommes masqués et armés nous ont coupé la route. Ils nous ont demandé de renoncer à Dieu. On leur a dit non, il n’en est pas question. Alors le massacre a commencé” ».

Gérard Leclerc sur france-catholique.fr

Ce n’est pas une surprise, juste de la douleur

« ‘Ce n’est pas une surprise, juste de la douleur’, déplore Mina Saïd, un jeune père de 35 ans venu assister à la messe avec sa femme et ses deux enfants.

Hanan Fouad a perdu ses voisins, une famille de six personnes de trois générations. Vêtue d’une longue jellaba noire, les cheveux couverts par un voile transparent noir, elle laisse éclater sa colère dans la cour de la cathédrale : ‘Ça va se reproduire. Pas un mois ne passe sans qu’ils ne tuent des chrétiens’, tonne cette quadragénaire, ses mains crispées sur son portable et un paquet de mouchoir. ‘Pourquoi les chrétiens? Parce qu’ils disent qu’on est une minorité, des infidèles' ».

Lire plus sur rtbf.be

Pensée du jour

Le Christ nous conduit dans l’ascension suprême des réalités divines, au Père des lumières. Il nous fait être en communion avec la nature divine, par le don de l’Esprit, dans la grâce librement accueillie. Nous recevons la dignité d’enfants de Dieu en étant revêtus tout entiers, sans le souiller ni le circonscrire, de Celui tout entier qui opère en lui-même cette grâce : le Fils par nature du Père, Fils de qui, par qui et en qui nous avons et nous aurons l’être, le mouvement et la vie.

Saint Maxime

Michel Onfray s’attaque à des moulins qu’il a lui-même bâtis…

Entretien avec Jean-Marie Salamito :

« Vous écrivez dans votre livre, à propos des considérations de Michel Onfray sur le christianisme antique, qu’il ‘s’attaque à des moulins qu’il a lui-même bâtis’. Que voulez-vous dire ?

Cette formule m’est venue très vite à l’esprit, quand je lisais les pages où Michel Onfray conteste l’existence historique de Jésus, une thèse qui a fait parler d’elle au XIXe siècle et au début du XXe, mais qui n’est plus soutenue par aucun historien. Le Jésus de Michel Onfray est tellement fantasmé – vu à travers des écrits apocryphes, des œuvres d’art très postérieures à l’époque de sa prédication… – qu’on a l’impression que tout a été retenu sauf, précisément, ce qui permet d’avoir des informations exploitables du point de vue de l’historien. C’est très curieux : cela consiste à prendre les sources les moins fiables ou ce qui n’a même pas le statut de source pour dire : ‘Voilà, il y a toute cette élaboration fictive autour de Jésus, donc Jésus n’existe pas’. Or des sources fiables existent bien, même si elles doivent être interprétées selon des méthodes scientifiques éprouvées ».

Lire l’entretien sur La Vie (édition abonnés)

Pensée du jour

Avec l’Ascension,
Pour la première fois les cieux s’ouvrent à la terre,
Pour la première fois un départ ouvre à une plus grande intimité,
Pour la première fois est habité un lieu au-delà de tous les lieux du monde.

Hans Urs von Balthasar

Parole du jour

Après ces paroles, tandis que les Apôtres Le regardaient,
Il s’éleva,
Et une nuée vint Le soustraire à leurs yeux.

Actes 1

Parole du jour

Quand ils entendirent parler de résurrection des morts,
Les uns se moquaient, et les autres déclarèrent :
« Là-dessus nous t’écouterons une autre fois ».

Actes 17

Il n’y a rien de plus complexe que le pardon

Entretien avec Ingrid Bétancourt :

« Il n’y a rien de plus complexe que le pardon. Pardonner, c’est d’abord en prendre la décision, donc intellectualiser. Le pardon, c’est comme une réflexion intime, un choix spirituel pour ne pas être prisonnier d’une souffrance. Pour pardonner aux autres, il faut d’abord se pardonner à soi-même. Il faut se délester de beaucoup de douleur, décharger son âme. Je peux dire de façon légère que je pardonne aux Farc pour ce qu’ils m’ont fait subir. Notamment parce que j’ai envie que les Colombiens les accueillent bien alors qu’ils reviennent à la vie civile et forment un parti politique. Si l’on considère les émotions charriées par les souvenirs, le pardon est plus difficile à accorder. Lire la suite

Un film documentaire sur le pape François réalisé par Wim Wenders

« Élu le 13 mai 2013, le pape François ‘a fait de la communication un élément vital de l’Église et une composante clé’ de son travail de réforme, peut-on lire dans la note. Pour Wim Wenders le pape François est ‘un exemple vivant d’un homme qui tient parole’. Dans le film, souligne-t-il, ‘il parle directement au spectateur, avec franchise et spontanéité. Nous voulions que Pope Francis – A man of his word soit pour tout public, le message du pape étant universel’. Il s’agit de communiquer ‘sa compassion radicale et son humanisme profond à toutes les audiences sur la planète' ».

Lire plus sur Zenit

Merci, merci, je n’oublierai pas ce que vous avez dit !

« À l’issue d’un entretien d’une demi-heure, Donald Trump et le pape François sont apparus relativement détendus et souriants devant la presse. Mais rien n’a filtré dans l’immédiat sur leur discussion à huis clos dans la bibliothèque des appartements pontificaux.

‘Merci, merci, je n’oublierai pas ce que vous avez dit’, a cependant glissé le président américain en prenant congé de son hôte ».

« Devant la presse, le président américain a offert au pape les cinq livres écrits par Martin Luther King, dont l’un signé de la main du prix Nobel de la paix.

François a pour sa part remis à Donald Trump un médaillon symbole de paix et son texte écrit pour la journée mondiale de la paix : ‘Je vous le donne pour que vous soyez un instrument de paix’, a-t-il expliqué. ‘On a bien besoin de paix’, a glissé le président américain ».

Lire  plus sur ouest-france.fr

Taper sur les cathos, c’est amusant et sans danger

« Le cardinal Barbarin, prélat pénible, avait fait l’objet l’année dernière d’un joli lynchage, mais qui surprise, ne fut que médiatique. Parce que la Justice refusa de se laisser instrumentaliser et intimider. Et appliqua le droit. Oui oui, ça arrive. Donc ferme classement sans suite des plaintes fantaisistes, après une enquête préliminaire fouillée. Malgré les interventions intempestives de membres du gouvernement socialiste, en particulier Manuel Valls, et une campagne de presse acharnée. L’objectif n’était pas de poursuivre et de faire condamner les prêtres ayant commis des abus sexuels. Mais bien de faire un carton sur une autorité ecclésiastique ».

Régis de Castelnau sur vududroit.com

Décès de Mgr Olivier de Berranger, évêque émérite de St-Denis

Monseigneur Olivier de BERRANGER est décédé le 23 mai 2017 à l’âge de 78 ans en sa 53ème année de sacerdoce.

Né le 10 novembre 1938 à Courbevoie (Hauts-de-Seine). Ordonné prêtre le 4 juillet 1964 au Chesnay, il oeuvre à la formation des prêtres au Prado et en Corée. Il devient ensuite Directeur national des Œuvres Pontificales Missionnaires et il devient Évêque de Saint-Denis-en-France en 1996, jusqu’en 2009. Les obsèques et inhumation auront lieu lundi 29 mai à 14h30 à la basilique cathédrale Saint-Denis.

Pensée du jour

J’ai assez vécu pour observer et comprendre que, très en profondeur, l’effort de l’homme pour tendre vers le beau est de nature universelle.

François Cheng

Parole du jour

Puis il les emmena dehors et leur demanda :
« Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? »
Ils lui répondirent :
« Crois au Seigneur Jésus,
et tu seras sauvé, toi et toute ta maison ».

Actes 16

L’Eucharistie comme politique

« Pour sortir de la marginalité dans laquelle on les confine, les catholiques développent un souci nouveau d´engagement politique. À la suite du théologien américain William Cavanaugh, Jean Noël Dumont montre que les catholiques ne sortiront de la marginalité qu´en vivant pleinement l´Eucharistie comme une autre politique, un autre imaginaire social : faire corps par le partage du pain. Le Corps du Christ est inséparablement l´assemblée et le pain partagé ».

Entre opinion privée et identité nationale…

Voir et écouter Jean-Noël Dumont sur KTO

Edmond Prochain n’est pas mort ! il faisait de la théologie avec son hand spinner…

Et il écrit sur le site de La Vie !

La légende du « hand spinner » s’est répandue aussi vite que cette drôle de toupie s’est incrustée entre les mains des adolescents ou de vos collègues de bureau. Originellement conçu pour aider à la concentration des enfants autistes, cet objet qui semble tourner à l’infini une fois lancé viendrait remplacer de nombreux gestes du quotidien, du stylo qu’on manipule en permanence aux cheveux enroulés autour d’un doigt, en passant par les ongles rongés… Le phénomène est tel que la question finit par se poser : faut-il faire la chasse au jouet du moment ou simplement attendre que la mode passe ? Il existe pourtant une autre option, plus étonnante : en profiter pour comprendre enfin le concept chrétien de la Trinité !

Pour comprendre le lien entre un jouet pour gamins et un mystère plutôt complexe à expliquer, lisez la suite de son billet ! Et si vous voulez en trouver d’autres dans le même esprit, c’est là !