Reportage sur le restaurant nantais « Le Reflet » au JT de TF1

Le Reflet. Nous avions déjà annoncé son ouverture fin 2016, ce restaurant extraordinaire emploie des personnes extraordinaires, toutes atteintes de trisomie 21. Alors on ne peut que se réjouir de la publicité faite à ce beau projet. Après un reportage sur France 2 fin décembre, c’était le JT de TF1 de dimanche soir qui y consacrait quelques belles images : « Et si finalement la plus grande différence était la bonne humeur et le tutoiement spontané ? »

 

Pape François : «C’est de la croix que germe l’espérance»

Lors de l’audience générale de ce mercredi, partant de la parabole évangélique du grain tombé en terre qui meurt pour germer et porter du fruit, le Pape François a médité sur le don d’amour que représente le passage par la croix d’où germe la véritable espérance. Ainsi « quiconque accepte de donner sa vie, est disponible et au service, vit à la manière de Dieu, est vainqueur, il se sauve et sauve  les autres, il devient graine d’espérance pour le monde. ». Ecouter le compte-rendu de Samuel Bleynie pour Radio Vatican :

Parole du jour

« Rabbi, serait-ce moi ? »
Jésus lui répond :
« C’est toi-même qui l’as dit ! »

Matthieu 26

Lire et méditer la Passion est un effet de la résurrection

« Saint Ignace au début de la Passion, propose de demander la grâce d’éprouver ‘peine, douleur et confusion parce que c’est pour mes péchés que le Seigneur va à la Passion’.

En même temps, la tendresse et la lumière du cœur me sont données gratuitement, pour accueillir dans toute leur vérité les gestes, les paroles, les sentiments – peurs, lâcheté, répugnance, etc. – qui m’empêchent de suivre le Christ dans son amour pour moi. L’étendue (jusqu’à l’extrême, dit saint Jean) de son amour et mon besoin de celui-ci sont donnés dans un même mouvement, et cela me conduira peut-être à oser un geste comme celui de Véronique, ou des larmes comme celles de Pierre, ou simplement comme Jean, à user de relations et compétences pour suivre de plus près, mieux comprendre, gagner sur mes peurs et entrer davantage dans ce mystère de vie et d’amour jusqu’au pied de la croix.

Lire la suite

Je ne sais plus sur quoi fonder mon espérance, sinon sur Dieu

« Désormais, 95% des chrétiens partiraient s’ils le pouvaient, pense le père Imad. “L’Église leur dit ‘restez !’, ils nous répondent ‘mais pourquoi ?’ et c’est vrai que nous sommes impuissants”. Plus que la pauvreté, c’est l’épuisement et le manque de perspective qui marque partout en Syrie. Du haut de sa cathédrale cernée par les ruines, l’évêque maronite, Mgr Tobji, pourtant le sourire éternellement accroché aux lèvres, avait fait part de ses états d’âme : “Je ne sais plus sur quoi fonder mon espérance, sinon sur Dieu. C’est lui, le Seigneur de l’histoire, qui peut changer les cœurs”. Dans un pays déchiré, les espoirs humains ont été engloutis dans la guerre ».

Alep, Homs, Maaloula, Vallée des chrétiens… par Laurence Desjoyaux

Colloque Claude Tresmontant les 13 et 14 mai 2017

« À l’occasion du 20ème anniversaire de la disparition de Claude Tresmontant (le 16 avril 1997, jour de Pâques cette année), un colloque est organisé à l’École Normale Supérieure, rue d’Ulm, les 13 et 14 mai prochain (ainsi qu’un week-end à définir à l’automne) pour remettre en lumière son œuvre, en étudier la pertinence pour notre temps, et dessiner des pistes pour des travaux futurs.

Vous trouverez ci-dessous et ci-joint le programme de ces Journées et un dossier de presse sur Claude Tresmontant, philosophe, métaphysicien, exégète et théologien – très injustement oublié. Il est le penseur du Réel : le penseur qui peut réconcilier chrétiens avec les sciences, les ouvrir au judaïsme, les aider dans le dialogue avec toute personne de bonne volonté ».

Voir plus…

Chrétiens d’Orient : envisager un long combat sous l’angle spirituel

« Envisager alors ce long combat sous l’angle spirituel, comme un carême de 40 ans, à l’image des Hébreux errant dans le désert. Ou comme une montée vers Pâques, une Passion vécue dans la chair, et non en costumes d’époque. Les souffrances des chrétiens de Syrie font entendre pour de vrai le cri de Jésus à l’agonie : ‘Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?’ Mais par ce mot, le Christ élève avec lui, sur la croix, tous nos découragements. Le jour des Rameaux, alors que l’on apprenait les terribles massacres de Coptes, une brève vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par l’association Fraternité en Irak montrait les chrétiens joyeux dans l’église incendiée de Qaraqosh, où leur présence se rétablit avec difficulté. Ceux qui n’ont plus rien souffrent avec le ­Messie et par lui espèrent. Ils méritent, littéralement, le nom de fidèles ».

Jean-Pierre Denis sur lavie.fr