Un chemin vers la Vie

« Vingt-trois ans, désinvolte et bientôt bonne sœur ». Si ça ce n’est pas du pitch ! Nos amis suisses de cath.ch nous offrent, en cette semaine sainte, un bel itinéraire vers la Vie. C’est le témoignage de Lucie, une jeune femme de 23 ans qui a fait les 400 coups (squat, drogue, alcool) avant de découvrir le Christ et de Lui offrir sa vie. A 23 ans, après une conversion grâce au beau et au calme, elle va entrer chez les cisterciennes.

On sent dans le témoignage de Lucie un besoin de radicalité : « “Quand j’étais petite, on me parlait de Dieu guitare à la main et sourire aux lèvres. Ça me saoulait”. Un Dieu en Birkenstock, très peu pour elle. La question était pliée. “Je me sens trop à l’étroit dans le milieu catho. Je n’ai jamais fait de pèlerinages et encore moins de JMJ ou de trucs du genre”. »

Et la jeune femme de détailler cette conversion : « “Un été, j’ai vraiment pété un câble. Je suis partie en Irlande avec ma sœur. C’est le début de mon retour à la vie. Nous étions sur la côte ouest, préservée. Pure. (…) J’ai senti sa force, elle m’a soulagée parce que je percevais que ce que je cherchais existait vraiment. Je passais des heures assise dans des églises en ruine à dessiner tout ce qui m’entourait” ». Puis le séjour dans une abbaye, et le déclic !

Lire l’intégralité de la rencontre avec Lucie !

Protégé : Lucie Frachebourg: des squats au monastère

Réaction du F. Adrien Candiard aux attentats en Egypte

Frère Adrien Candiard, dominicain au Caire, répond à Famille Chrétienne :

Les jihadistes ont un programme : mettre fin à la diversité religieuse au Proche et Moyen-Orient. Depuis des siècles, des dizaines de religions et confessions différentes y cohabitent, pas toujours très harmonieusement, mais c’est la région du monde où la diversité religieuse a été, historiquement, la plus grande. Or, en une génération, elle s’est réduite spectaculairement, en Irak, en Syrie, en Palestine… La plus grande communauté chrétienne de la région, et de loin, ce sont les coptes, les chrétiens d’Égypte. Cette stratégie de la terreur vise à les faire partir à leur tour. […]

Je n’ai aucune envie de donner des leçons à qui que ce soit. Dans ces temps difficiles, chacun fait comme il peut. Mais prendre peur et quitter le pays, ce serait faire ce que les terroristes veulent. Plus que jamais, il faut rappeler que les coptes sont des Égyptiens, qu’ils sont ici chez eux, que cette société est la leur et qu’elle leur doit soutien et protection. Ils ne sont pas un corps étranger ou colonial, ils ne représentent pas l’Occident. La majorité des musulmans égyptiens le sait bien, du reste. Mais il faut plus que du courage pour résister à ces attaques répétées.

Lire la suite

Cette impitoyable cruauté des poulaillers…

« Pareil scénario qui voit de gentilles copines devenir collectivement meurtrières d’une des leurs correspond assez bien au (vrai) fonctionnement des médias. Il semble y régner une gentillesse de principe, une courtoisie affichée à l’endroit du monde extérieur et même, soyons francs, une relative complaisance pour les puissants. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Qu’une seule goutte de sang apparaisse, et la chasse à courre sera lancée à grands sons de trompe. Je veux dire qu’un homme politique, un écrivain, un chanteur, un acteur soit affaibli ou suspecté de n’importe quoi, et voilà qu’il devient une cible. Pour reprendre une (affreuse) expression du milieu, il perd la carte. C’est-à-dire qu’il ne peut plus espérer la moindre indulgence. Il sera l’objet de la fameuse lapidation médiatique que l’ami Jean-François Kahn englobait dans sa théorie des trois L : on Lèche, on Lâche, on Lynche. Une règle exactement calquée sur celle d’une basse-cour ».

Jean-Claude Guillebaud sur teleobs

Un livre en hommage à Benoît XVI à l’occasion de ses 90 ans

« À l’occasion du 90e anniversaire du pape émérite Benoît XVI, la Librairie éditrice vaticane publie un recueil de treize textes écrits pour l’occasion par des lauréats du prix Ratzinger. L’ouvrage, intitulé Cooperatores veritatis, la devise épiscopale du 265e pontife, a été présenté à la presse le 6 avril 2017.

Présidée par le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège entre 2006 et 2016, la fondation Ratzinger-Benoît XVI a coordonné cet ouvrage en hommage au pontife émérite qui atteindra l’âge de 90 ans le 16 avril prochain ».

Lire plus sur famillechretienne.fr

Parole du jour

Qu’une armée se déploie devant moi,
Mon cœur est sans crainte ;
Que la bataille s’engage contre moi,
Je garde confiance.

Psaume 26

Comment ne pas associer cette double tragédie à la Passion du Seigneur ?

« Notre Semaine sainte, qui rassemble cette année l’Église indivise, protestants, catholiques et orthodoxes, s’est trouvée endeuillée le dimanche des Rameaux, par deux attentats cruels qui ont touché deux églises coptes en Égypte. Comment ne pas associer cette double tragédie à la Passion du Seigneur que nous célèbrerons vendredi, dans l’espérance de la résurrection de Pâques ? La douleur est bien là, même si elle a un sens que nous associons à la dramatique divine. Nous savons aussi que nos frères coptes égyptiens vivent sous la menace constante d’un terrorisme qui a déjà fait de nombreuses victimes et qui conspire particulièrement à les chasser en ce moment de la province du Sinaï ».

Gérard Leclerc sur france-catholique.fr

Prier le chemin de Croix en union avec nos frères chrétiens d’Orient

Chemin de Croix de Syrie
écrit par le Père Nawras,
coordinateur de l’action des jésuites en Syrie.

« Avec ce chemin de croix nous marchons à notre tour derrière Jésus qui porte sa croix et nous prenons conscience du don qu’il fait de sa vie par amour pour nous, pour moi.

Cette marche du Vendredi Saint nous invite aussi à regarder ceux qui sont différents avec bienveillance et solidarité. À notre tour, parcourons ce chemin d’espérance avec notre communauté, en paroisse, en union avec nos frères d’Orient ».

 

Voter c’est discerner

Un article publié dans La Croix hier rappelle l’apport de la doctrine sociale de l’Eglise pour les chrétiens en période électorale.

La DSE n’est évidemment pas un critère de vote unique invitant à se tourner vers un candidat et un programme. L’article resitue bien la notion de « points non négociables » dans les textes dont elle est issue : la liste de ces points recoupe différents aspects de la dignité humaine, en matière d’éthique comme en matière d’économie. Plus largement, le Pape Benoît XVI avait invité, dans les textes concernés, au « respect du bien commun ». Comme a pu le dire Mgr Jean-Luc Brunin, « voter, c’est discerner ».

En resituant la doctrine sociale sous cet angle, l’article nous invite à trois actes concrets : le discernement n’est évidement pas sans lien avec la prière, véritable nourriture du discernement. Mais ce dernier nous tourne aussi vers le dialogue, notamment entre catholiques, afin de confronter nos réflexions et d’enrichir ce temps de discernement. Enfin, on peut se demander jusqu’où doit aller le discernement autour de candidats que l’on considèrerait comme « les moins pires » et si le discernement ne doit pas se porter aujourd’hui sur l’acte du vote en tant que tel, en tous cas sur la crise politique et l’urgence d’un engagement renouvelé des chrétiens. Ces élections nous invitent à nous demander, pour reprendre les mots du Pape François, que faire pour ne pas se contenter de regarder « du balcon » ? Comment répondre autrement que par le vote à notre insatisfaction politique ?