« Les catholiques ne doivent pas céder à la fermeture communautaire » (Pierre Manent)

Pierre Manent est intervenu devant les évêques de France et a exposé sa vision du rôle de l’Eglise et des catholiques. Parallèlement à son interview pour KtO dans laquelle il souligne que, face aux deux tendances contraires qui tiraillent les catholiques entre l’abandon à la mondialisation et le repli sur soi, il leur appartient de trouver une juste réponse – qui n’est ni l’une ni l’autre – Famille Chrétienne rapporte également un aperçu de son propos. Tout en soulignant que, si la France s’est déchristianisée, cela ne signifie en aucun cas que les chrétiens n’aient plus rien à dire au pays, bien au contraire, il pointe ceci :

« Les catholiques, en raison de leur histoire, ont une responsabilité particulière à l’égard de la France et de tous les citoyens. Il ne faudrait pas que les catholiques cèdent à la fermeture communautaire : défendre leur pré carré et laisser le monde aller à sa perte. C’est la tentation de transformer l’Église en cité monastique. Certes nous sommes moins nombreux… Mais nous devons garder le sens de notre responsabilité envers tous. Je ne crois pas à l’argument du petit nombre qui serait un argument contre l’action. Nous devons agir au nom de notre conscience aujourd’hui sans nous préoccuper du résultat futur. Péguy disait qu’il ne fallait pas forcément vaincre mais éviter d’être vaincu… »

Les catholiques ne doivent pas céder à la fermeture communautaire – ce que je me permettrais de paraphraser sans surprise en évoquant une « tentation identitaire », parfaitement synonyme. Nous avons une responsabilité particulière et notre vocation n’est pas de participer à la concurrence dans la revendication de droits individuels.

Pierre Manent en huis clos devant les évêques à Lourdes, Famille Chrétienne.