Chartres | Alors, les jeunes, ça pionce ?

Il n’est pas fréquent de voir Isabelle de Gaulmyn succomber à la nostalgie. Et pourtant

La nouvelle n’a pas fait plus de bruit que quelques gouttes sur les chemins creux de la Beauce. Pas un cri de protestation, ni un comité de défense : le Pélé se meurt, dans l’indifférence totale d’une Église parisienne qui ne semble plus avoir de mémoire…

On dit pourtant que les jeunes ont soif de radicalité, d’action, de mouvement. Et j’ai sous les yeux à l’instant un document qui souligne que les jeunes sont davantage croyants et pratiquants que leurs aînés et que, si le nombre de français qui se déclarent catholiques baisse de façon générale, cette baisse ralentit chez les jeunes, de sorte que nous serions peut-être sur le seuil de la « post-sécularisation ». Alors, faites votre affaire des prophètes de malheur, de ceux qui vous annoncent la fin de la civilisation, le suicide du pays. Que dit le pape aux jeunes ? « Mettez le bazar ! », « Je veux du bazar dans les diocèses ! ».

Ce qui a commencé à quelques-uns peut recommencer à quelques-uns.

 

Credit photo : cathédrale de Chartres