Quand l’Eglise dénonce les méthodes de Cash Investigation

Depuis plusieurs semaines, il se savait que Cash Investigation travaillait sur la question de la pédophilie (de la pédophilie dans l’Eglise, les autres contextes n’étant pas manifestement pas dignes d’intérêt). Il semble que, arrivant alors que la « bataille » est passée, Elise Lucet se soit employée à donner une tournure scandaleuse et conflictuelle à des échanges  qui ne l’étaient pas pour justifier son émission, n’hésitant pas à interpeller des personnes absentes pour simuler un refus de l’échange, et à se mettre en scène dans des saynètes qui empruntent davantage à la comédie qu’au travail journalistique.

C’est particulièrement regrettable s’agissant d’un sujet spécialement grave, que de nombreux journalistes ont pu traiter avec sérieux – comme dans cet article que nous relayons ici – et qui ne se prêtent pas aux mises en scène personnelles.

Vincent Neymon, porte-parole adjoint et directeur de la communication de la Conférence des Évêques de France et, à ce titre, chargé des relations avec les medias, choqué par ces méthodes, a pris l’initiative de les rapporter dans un texte édifiant, repris ci-dessous.

Sa lecture laisse une question ouverte : quand le chevalier blanc manque à l’éthique, à quoi sert-il pour le monde ?

[mise à jour au 22 mars : la réaction de Mgr Ribadeau Dumas après l’émission]

*


« A notre connaissance, l’équipe de Cash investigation enquête sur la pédophilie dans l’Eglise depuis octobre 2016. Leur première demande concernant la CEF s’est faite par téléphone. Il s’agissait d’être accrédité pour l’Assemblée plénière de novembre à Lourdes. Leur argument : « si vous refusez, nous trouverons le moyen d’entrer quand même sous le nom d’un autre média ».

Le principe général de l’émission est de semer le doute dans l’esprit du téléspectateur en utilisant diverses méthodes qui troublent et affaiblissent les personnes interviewées. Le trouble provoqué est alors interprété comme un aveu par Elise Lucet. Pour provoquer ce trouble, plusieurs techniques sont employées. Voici quelques faits vécus à l’appui de nos dires sur les méthodes employées.

Outrances d’Elise Lucet : elle adopte une attitude volontairement scandaleuse pour provoquer le repli « coupable » de son interlocuteur

\bullet Lourdes, Assemblée plénière lundi 7 novembre 16 : après la messe, sur les marches de la Basilique du Rosaire, Elise Lucet se place au milieu des journalistes en bas des marches et interpelle le Cardinal Philippe Barbarin qui était prêt à répondre à quelques questions. Elle l’abreuve de questions portant sur des prêtres de Lyon, empêchant le travail des autres journalistes présents. Les réponses du Cardinal Philippe Barbarin ne la satisfaisant pas, elle ne cesse de l’interrompre pour reposer ses questions. Ensuite, le Cardinal ayant choisi de partir au vu des conditions qu’elle impose, elle le harcèle pour obtenir un rendez-vous ultérieur. Visiblement, elle tente d’obtenir une fin de non-recevoir publique.

\bullet Lourdes, Assemblée plénière lundi 7 novembre 16 : alors que les évêques se rendent aux vêpres, Elise Lucet, retenue derrière une barrière à quelques mètres, hurle : « Monseigneur Pican, Monseigneur Pican, vous êtes le seul évêque condamné par la justice, vous êtes évêque émérite[1], quand allez-vous démissionner ? » Monseigneur Pican n’est pas présent parmi les évêques qu’Elise Lucet interpelle, elle se fait cependant filmer durant cette scène, dans l’intention évidente de prouver qu’il fuit.

\bullet D’après le teaser de l’émission diffusé depuis le 17 mars 2017, elle interpelle de la même façon le Pape François tandis que la caméra fixe une moue du Saint Père.

\bullet Paris, 15 mars 2017 : à notre réponse – négative – quant à la venue d’un « représentant de l’Eglise » pour le débat qui suit le documentaire, Vincent Neymon reçoit le mail suivant d’Elise Lucet : « Alléluia mes frères. Vous ferez 3 paters Et 4 Avés pour expier vos fautes ». Cette réponse à caractère injurieux, vient après une série d’échanges de mail avec son équipe qui a rappelé à Vincent Neymon qu’elle travaillait dans le cadre du service public.

Mensonges d’Elise Lucet : elle avance de faux ou d’invérifiables postulats pour créer un trouble « coupable » de son interlocuteur

Lourdes, Assemblée plénière lundi 7 novembre 16 : alors que nous avons accepté qu’elle puisse interviewer Mgr Luc Crepy dans l’hémicycle :

\bullet Elle tend une liste à Mgr Luc Crepy. Elle annonce que cette liste est celle des prêtres pédophiles toujours en activité, dénonçant l’inaction des évêques vis à vis de ces prêtres :

\bullet Cette liste n’existe pas à notre connaissance. Elle a été dressée par Cash investigation.

\bullet Selon ce que Mgr Crepy constate, les noms sont ceux d’aumôniers d’Epahd ou couvents, monastères…

\bullet Face à ce constat, Elise Lucet tente de déstabiliser Mgr Crepy en pointant un prêtre en responsabilité pastorale. Mgr Crepy est, de fait, troublé, mais encore une fois, cette liste est elle-même suspecte.

\bullet Lorsque Mgr Crepy pose la liste à côté de lui, elle lui lance : « Cette liste vous brûle les mains apparemment, elle vous dérange tant que ça ? » Visiblement elle tente d’induire que le geste de Mgr Crepy est symbolique de l’attitude des évêques qui ne s’intéressent pas à ces prêtres et les laissent continuer leur ministère.

\bullet Elle prétend que le site « lutter contre la pédophilie » annonce la mise en place d’un certain nombre de cellules d’accueil et d’écoute dans les diocèses et s’insurge contre ce nombre trop faible pour mettre en cause l’inertie de l’Eglise. Jamais, le site « Lutter contre la pédophilie » n’a donné de tels chiffres.

Méthodes douteuses de mise en scène visant à créer un trouble « coupable » de l’interlocuteur et à emporter l’indignation du téléspectateur

\bullet Lourdes, Assemblée plénière lundi 7 novembre 16 : alors que nous avons accepté qu’elle puisse interviewer Mgr Luc Crepy dans l’hémicycle, elle brandit des photos d’évêques en format A3 en s’insurgeant du fait que Mgr Crepy supporte encore que ces évêques siègent dans cet hémicycle.

\bullet Lourdes, Assemblée plénière lundi 7 novembre 16 : tandis que l’équipe de Cash investigation est présente durant une séance ouverte aux médias et consacrée au bilan de la lutte contre la pédophilie présenté par Mgr Crepy, Elise Lucet marque ostensiblement son désintérêt tandis que ses cadreurs filment les écrans d’ordinateur des évêques à leur insu. Cet épisode est très révélateur de l’attitude générale de l’équipe de Cash investigation et d’Elise Lucet en particulier qui ne s’intéresse absolument pas aux actions et aux moyens mis.

\bullet Janvier 2017 : le supérieur de la Communauté Saint Jean, frère Thomas Joachim, est à l’aéroport de Roissy en vue d’embarquer pour l’Ethiopie. Un homme l’attend avec un panneau à son nom. S’approchant de l’homme, Frère Thomas se retrouve devant le micro et la caméra de Martin Boudot, journaliste de Cash investigation.

*

En elles-mêmes, à part quelques-unes, aucune de ces méthodes n’est véritablement répréhensible. On peut aussi comprendre que l’information nécessite parfois des méthodes particulières pour être recueillie. Mais nous sommes là devant un véritable système, une mécanique visant exclusivement à nourrir la thèse d’un scandale vendeur. La déontologie journalistique, le respect élémentaire des personnes, la place de la contradiction, rien n’est respecté.

Sur la question douloureuse de la pédophilie, l’Eglise s’engage avec sincérité dans une opération de vérité et de lutte. Ces méthodes « d’investigation » ne visent qu’à prouver le contraire en laissant croire qu’elles poursuivent la vérité.

C’est l’accusation de l’Eglise qui est recherchée, bien que plus que l’attention aux victimes. Irrespectueuse envers la vérité, cette émission l’est d’abord envers les téléspectateurs qu’elle induit gravement en erreur.

[1] A plusieurs reprises, ce jour-là, Elise Lucet montrera qu’elle ne sait pas ce qu’est un évêque émérite. Elle semble croire que « émérite » est une distinction honorifique. »