Viri probati

De l’interview du Pape François donnée à Die Zeit, la plupart des médias n’a bien voulu retenir que la phrase : « Nous devons réfléchir pour savoir si les viri probati [l’ordination d’hommes mariés d’âge mûr ayant fait leurs preuves, ndlr] sont une possibilité. ». Saluons l’effort de ces journalistes qui, pour une fois, ne parlent pas du « mariage des prêtres » !

Cette question de viri probati n’est pas du tout nouvelle, elle se pose depuis le Concile Vatican II. Dans son interview à Die Zeit, le pape François dit que le célibat optionnel n’est pas la solution. Je le comprends. Ce n’est pas la solution car ce n’est pas le problème. On se focalise sur les vocations et sur le célibat des prêtres, alors que le problème est une Église qui se soucie de la survie de ses structures au lieu de chercher à être missionnaire. Si notre inquiétude est de maintenir des structures qui existent depuis des siècles, c’est dramatique.

Mon problème, en tant qu’évêque d’un diocèse rural, ce n’est pas d’avoir moins de prêtres, mais de ne pas avoir de jeunes prêtres. […] Et même si j’ordonnais des viri probati, cela ne résoudrait pas le problème, qui est que nos communautés sont devenues des assemblées de personnes âgées. Ce n’est pas surprenant qu’il n’y ait pas de jeunes dans les séminaires, quand on voit la composition des assemblées !