Judas nous révèle nous-mêmes

Capture« ‘Nous avons peu de justifications pour parler avec indignation du traître. Judas nous révèle nous-mêmes’, a souligné le prédicateur. Et de citer l’écrivain français Emmanuel Carrère dans son livre Le Royaume (2014) : ‘Je t’abandonne, Seigneur. Toi, ne m’abandonne pas’.

Les pasteurs doivent aussi se demander comment rejoindre ceux qui sont loin de la foi, a-t-il poursuivi en donnant un exemple personnel : ‘Je vis avec une communauté de jeunes qui font deux missions populaires par an. Je les taquine parce qu’ils vont danser dans les rues, entrent dans les discothèques et vont dans les bars. … Mais ils savent combien j’ai d’estime pour le fait qu’il y ait quelqu’un qui se rende là où il y a ce que nous ne voudrions pas voir, il y a des jeunes peut-être désespérés… Même si nous n’accomplissons pas ce devoir, nous devons être reconnaissants et solidaires envers ceux qui vont chercher dans les rues, comme disait Jésus, les païens et les publicains' ».

Anne Kurian sur zenit.org