Devoir mourir au nom de son autonomie

« Après une loi autorisant le suicide médicalement assisté en Californie, l’assurance de Stephanie Packer, atteinte d’une sclérodermie, refuse la prise en charge d’une nouvelle chimiothérapie car son pronostic médical estimé est inférieur ou égal à six mois, mais propose de lui rembourser son suicide. Ses médecins protestent, en vain. Or cette femme n’est pas du tout isolée. La situation des personnes âgées aux Pays-Bas prend le même chemin… »

Marie-Jo Thiel dans La Croix