Une théologienne française écrira les méditations du Chemin de Croix du Colisée

Le Pape a choisi la théologienne française Anne-Marie Pelletier, lauréate du prix Ratzinger en 2014, pour écrire les méditations du Chemin de Croix du Colisée, le 14 avril prochain.

Née en 1946, mariée et mère de trois enfants, docteur en Sciences des Religions avec une thèse soutenue en 1986 sur le Cantique des cantiques, Anne-Marie Pelletier a notamment enseigné la théologie du mariage à l’Institut catholique de Paris. Elle enseigne actuellement l’Écriture Sainte, la Bible et la Liturgie, les Écritures sacrées et l’herméneutique biblique, ainsi que l’anthropologie philosophique et biblique. Elle intervention régulièrement auprès de communautés religieuses, féminines comme masculines.

 

Les méditations du Chemin de Croix du Colisée, depuis 1985, sont confiées chaque année à des personnalités différentes. Anne-Marie Pelletier sera la première femme laïque à se voir confier cette mission à titre individuel.

Radio Vatican

Purification de la mémoire et action de l’Esprit Saint

Sur Radio Vatican : Le Pape François a reçu ce vendredi matin les participants à un colloque sur Martin Luther, organisé par le Comité pontifical des sciences historiques en cette année du cinquième centenaire de la Réforme luthérienne. Extrait de son discours :

Des approfondissements sérieux sur la figure de Luther, sur sa critique contre l’Église de son époque et la papauté, contribuent certainement à surmonter le climat de méfiance mutuelle et de rivalité qui depuis trop longtemps par le passé a caractérisé les relations entre catholiques et protestants.

Il est vrai qu’un tel colloque au Vatican étonne, comme l’a souligné le Pape François, en parlant plus spécifiquement dans son discours d’un « étonnement de la pensée ». L’étonnement de la pensée, le Pape François en bon théologien le sait bien, est un des signes de l’action de l’Esprit Saint « qui surmonte tous les obstacles et transforme les conflits en opportunités de croissance dans la communion », a-t-il précisé. Merci Seigneur !

François a estimé que le temps était venu d’une «purification de la mémoire» en rappelant qu’en tant que chrétiens, luthériens et catholiques sont «tous appelés à se libérer des préjugés contre la foi que d’autres professent avec un accent et un langage différents, à échanger mutuellement le pardon pour les péchés commis par nos pères, et à invoquer ensemble Dieu pour le don de la réconciliation et de l’unité».

Et c’est vrai : nous sommes des rabougris !

Intéressant entretien avec Paul Piccarreta, directeur de « Limite », qui aborde de multiples sujets : transhumanisme, écologie de gauche, retour à la nature, politique, macronisme, religion, démarche du bas vers le haut, mythe du progrès, oikophilia, morale, relativisme, potager, vélo, dépendance, temps de vivre, néo-capitalisme, Ellul, Michéa, Tolstoï…

Extrait :

« Les partisans absolus du transhumanisme ne manquent jamais de critiquer l’homme en disant qu’il n’est qu’un rabougri. Et c’est vrai : nous sommes des rabougris. Par rapport à la performance des machines, nous ne sommes rien. Le fondement de la réflexion sur la technique, c’est de dire qu’il y a une autonomie de la technique – on en revient à la pensée de Jacques Ellul. Là réside toute la différence entre une machine et un outil. Si tu prends un couteau, celui-ci a en lui une « puissance passive » – si tu ne l’actionnes pas, le couteau n’est jamais couteau. À l’inverse, à partir du moment où tu allumes une machine, celle-ci évolue de manière autonome, sans que tu comprennes son mécanisme ».

Paul Piccarreta sur vice.com

Nouveau Notre Père, nouvelles causes de béatification, nouvelle basilique : quelques décisions des évêques

A Lourdes, les évêques prient ensemble, réfléchissent, parlent… et prennent aussi des décisions qui vont changer la vie de l’Eglise en France !

En voici quelques unes :

  • Le 3 décembre 2017, 1er dimanche de l’avent, la nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans la liturgie.
  • L’ouverture de la cause de béatification de la poétesse Marie Noël, de son vrai nom Marie-Mélanie ROUGET (découvrir quelques uns de ses textes), et de François MOURIER, prêtre réfractaire, et de ses compagnons, guillotinés au Puy-en-Velay pendant la Terreur.
  • La Basilique Sainte Marie-Madeleine, à Saint-Maximin la Sainte-Baume, recevra le titre de Basilique mineure.

Lire les autres décisions

Elections… chez les évêques de France

Les évêques viennent de finir leur assemblée plénière de printemps à Lourdes. Ils ont élu ou réélu les présidents de plusieurs conseils et commissions :
  • Mgr Guy DE KERIMEL (Grenoble-Vienne), Président de la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle
  • Mgr Olivier LEBORGNE (Amiens), Président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat
  • Mgr Jérôme BEAU (auxiliaire de Paris), Président de la Commission épiscopale pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale
  • Mgr Pascal ROLAND (Belley-Ars), Président pour la Commission épiscopale pour la vie consacrée
  • Mgr Laurent DOGNIN (Quimper et Léon), Président pour la Commission épiscopale pour la mission universelle de l’Église
  • Mgr Joseph de METZ-NOBLAT (Langres), Président du Conseil pour les questions canoniques
  • Mgr Michel AUPETIT (Nanterre), Président du Conseil famille et société
  • Mgr Dominique BLANCHET (Belfort-Montbéliard), Président du Conseil pour les mouvements et associations de fidèles
  • Mgr Laurent PERCEROU (Moulins), Président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes
  • Mgr Didier BERTHET (Saint-Dié), Président du Conseil pour l’Unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme
  • Mgr Jean-Marc AVELINE (auxiliaire de Marseille), Président du Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux
  • Mgr Emmanuel GOBILLARD (auxiliaire de Lyon), Mgr Jean-Luc BRUNIN (Le Havre), Mgr Pierre d’Ornellas (Rennes), Mgr Jean-Philippe NAULT (Digne, Riez et Sisteron), membres du Comité études et projets
  • Mgr Jean-Luc BOUILLERET (Besançon) et Mgr Vincent JORDY (Saint-Claude), membres de la Commission doctrinale

Ils prendront leur fonction le 1er juillet 2017.

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous »

« Parce que des fois, je préfèrerais avoir des gâteaux et puis tout. Des fois au matin, j’déjeune pas. Avant quand ma mère avait des sous, j’mangeais des céréales, maintenant je bois du café mais dès qu’elle a ses sous, elle va faire son plein de courses, elle va aller acheter un ou deux jambons, elle va acheter un nouveau téléphone à Loïc »

Un petit bonhomme français, de dix ans, qui raconte aux journalistes de France2, pour Infrarouge, une misère que l’on oublie trop souvent encore. Des fois, au matin, j’déjeune pas. On peut revoir ce reportage en ligne.

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous », dit le Christ à l’approche de sa Passion. « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ».

Guyane : l’évêque sur les barrages

Cath.ch se fait l’écho de la grande proximité de Mgr Emmanuel Lafont avec la population, dont il a perçu l’essoufflement et l’exaspération depuis plusieurs mois. L’article détaille sa perception (reprenant les propos qu’il a tenus au micro de Radio Vatican) et relève :

Mgr Emmanuel Lafont souligne que la grande majorité de la population est derrière le mouvement. Il a pu le constater de visu en se rendant chaque jour sur les barrages: “C’est un mouvement populaire d’une très grande ampleur!” Et l’évêque de Cayenne, qui accompagne le mouvement, souligne que l’Eglise sait aussi que ce combat a une composante spirituelle, car pour lui, “c’est un temps de conversion pour tous”.

Notre ultramodernité est à bout de souffle

Marie-Lucile Kubacki a rencontré une trentaine de chrétiens, pour La Vie et en a retiré cet article passionnant « Voter en chrétien, est-ce possible ? », comme en écho aux interrogations et éclairages délivrés par Pierre Manent. Il ne se résume donc pas à sa chute mais elle vaut en elle-même sa lecture. Comme en écho aux (l’Eglise et les catholiques ont-ils encore quelque chose à dire au pays ?), Antoine Arjakovsky, historien, de confession chrétienne orthodoxe, codirecteur du pôle « société, liberté, paix » du Collège des Bernardins souligne ceci :

« Notre ultramodernité est une pensée qui en vient à douter de tout et c’est la raison pour laquelle les fondamentalistes réagissent parce qu’ils ont besoin de se construire sur des vérités. C’est cela le malaise profond. On vit dans une période d’incertitude, de remise en cause. Mais c’est aussi pour les chrétiens une opportunité pour ressortir une vision équilibrée, d’espérance et de joie. »

Le fondamentalisme est une surréaction aux dérives de l’ultramodernité. Mais pour qui entend se construire une sagesse, une Vérité, le christianisme a son mot à dire, dans « un esprit de force, d’amour et de pondération » (deuxième lettre de Saint Paul à Timothée), pas de fondamentalisme.

Voter en chrétien, est-ce possible ?, La Vie

Parole du jour

Il est proche du cœur brisé,
Il sauve l’esprit abattu.
Malheur sur malheur pour le juste,
Mais le Seigneur chaque fois le délivre.

Psaume 33

Un nouvel espoir pour les tétraplégiques ?

« Le 28 mars dernier, un Américain, Bill Kochevar, âgé de 56 ans et atteint d’une paralysie totale a pu déplacer son bras et sa main et effectuer des mouvements fonctionnels , grâce à des implants cérébraux et une prothèse utilisant directement la pensée, a déclaré le Docteur Ajboye, coauteur d’une étude parue dans la revue Le Lancet ».

Voir plus sur alliancevita.org

« Les catholiques ne doivent pas céder à la fermeture communautaire » (Pierre Manent)

Pierre Manent est intervenu devant les évêques de France et a exposé sa vision du rôle de l’Eglise et des catholiques. Parallèlement à son interview pour KtO dans laquelle il souligne que, face aux deux tendances contraires qui tiraillent les catholiques entre l’abandon à la mondialisation et le repli sur soi, il leur appartient de trouver une juste réponse – qui n’est ni l’une ni l’autre – Famille Chrétienne rapporte également un aperçu de son propos. Tout en soulignant que, si la France s’est déchristianisée, cela ne signifie en aucun cas que les chrétiens n’aient plus rien à dire au pays, bien au contraire, il pointe ceci :

« Les catholiques, en raison de leur histoire, ont une responsabilité particulière à l’égard de la France et de tous les citoyens. Il ne faudrait pas que les catholiques cèdent à la fermeture communautaire : défendre leur pré carré et laisser le monde aller à sa perte. C’est la tentation de transformer l’Église en cité monastique. Certes nous sommes moins nombreux… Mais nous devons garder le sens de notre responsabilité envers tous. Je ne crois pas à l’argument du petit nombre qui serait un argument contre l’action. Nous devons agir au nom de notre conscience aujourd’hui sans nous préoccuper du résultat futur. Péguy disait qu’il ne fallait pas forcément vaincre mais éviter d’être vaincu… »

Lire la suite

Pour qui votez-vous ? Cinq chrétiens répondent

« À quelques semaines de l’élection présidentielle, et au bout d’une campagne électorale qui n’aura ressemblé à aucune autre, la perplexité de beaucoup de Français est connue. Comment « bien voter » en tant que citoyen et en tant que croyant ? Le risque existe d’un vote par défaut ou par élimination, sans parler d’une abstention protestataire ou désenchantée. Pourtant, certains électeurs ont choisi, parfois depuis longtemps, parfois au bout d’une lente évolution personnelle. Cinq d’entre eux ont accepté de nous dire pourquoi, en tant que croyants, ils envisageaient d’apporter leur suffrage à l’un ou l’autre des candidats. Que l’on prenne leur témoignage comme une invitation au débat. Pas plus, pas moins. Car ce dossier n’a pas pour objet de donner des consignes de vote, fussent-elles subliminales. La Vie n’a jamais distribué les cartes électorales. De même, notre plongée dans les programmes n’est constituée que de coups de sonde, aussi éclairants que possible, mais qui n’épuisent pas le débat. Enfin, en nous en tenant aux principaux candidats, tels que la multiplication des sondages permet de l’établir, nous ne voulons pas affirmer que les autres, ces « petits » qui ont obtenu vaille que vaille leurs 500 signatures, n’ont rien à apporter. Il s’agit pour nous, simplement, d’éclairer l’essentiel du débat politique. Non pas peut-être tel que tous nos lecteurs le souhaiteraient, mais tel qu’il se présente pour la majorité des Français.
Jean-Pierre Denis »

Lire le dossier dans La Vie

France : à quel rôle l’Église catholique est-elle appelée ?

« Ce jeudi 30 mars 2017, Pierre Manent est intervenu devant les évêques de France réunis en assemblée plénière à Lourdes. Le philosophe et directeur d´études à l´École des Hautes-Études en sciences sociales a souligné quel rôle l´Église catholique était appelée à jouer selon lui, dans une nation traversée par des courants contradictoires et qui a perdu ses repères. Il revient sur son intervention avec Étienne Loraillère, envoyé spécial de la rédaction de KTO à Lourdes ».

Avertir et encourager : Pierre Manent sur KTO

Mgr Sako : les musulmans sentent qu’il faut changer

« Malgré la poursuite de la guerre et les querelles entre les différentes communautés irakiennes dans certaines zones libérées, Mgr Sako demeure optimiste. ‘Il y a un changement’, se réjouit-il. ‘Les musulmans sentent qu’il faut changer’. ‘Je crois qu’ils se rendent compte de l’importance des chrétiens ici’. Il s’est rendu récemment au Caire à l’université Al-Azhar pour une conférence sur les libertés religieuses, la nature civile de l’État, la citoyenneté et le respect de la diversité. Des représentants politiques et des différents cultes ont pu débattre sur tous ces thèmes.

Pour Mgr Sako, ce qui s’est dit durant ces quelques jours montre que les musulmans du Proche-Orient sont sur la bonne voie. ‘Il faut soutenir dans ces pays-là un gouvernement ou un État moderne, séculaire, et partager la religion de la politique, autrement, il n’y aura pas d’avenir, il y aura toujours des tensions et des conflits. La religion c’est une chose personnelle’ explique le patriarche. ‘La société est pour tout le monde’, ajoute-t-il, ‘tous sont des citoyens égaux et il faut respecter cela’. Le processus pour déconfessionnaliser les rapports politiques, notamment en Irak, est encore cependant bien long ».

Lire plus sur radiovaticana.va

Comme la jeune fille de Nazareth, vous pouvez rendre le monde meilleur

« Le cœur plein de mémorables souvenirs de notre rencontre lors la Journée Mondiale de la Jeunesse 2016 de Cracovie, nous nous sommes mis en chemin vers la prochaine destination qui, s’il plaît à Dieu, sera à Panama en 2019.

Chers jeunes, Dieu pose sur vous son regard, et vous appelle aussi. Quand Il le fait, Il voit tout l’amour que vous êtes capables d’offrir. Comme la jeune fille de Nazareth, vous pouvez rendre le monde meilleur, laisser une empreinte qui marque l’histoire, votre histoire et celle de bien d’autres personnes. L’Église et la société ont besoin de vous, de votre vision des choses, de votre courage, de vos rêves, de votre soif d’idéal. Que vous abattiez les murs de l’immobilisme et ouvriez des voies nous conduisant vers un monde plus juste, moins cruel, plus humain.

Lire la suite

Parfois, Onfray mieux de se taire

Si le calembour est lourd, plaignez-vous au rédacteur en chef. Il est au minimum guère plus lourd que le propos de Michel Onfray, dont on découvre au fil des critiques la collection de considérations péremptoires et absurdes qui constelle son livre. Étonnamment, Michel Onfray connaît une soudaine et surréaliste popularité dans des milieux catholiques fort marqués.

Patrice de Plunkett dresse une liste des incohérencesrelevées par des spécialistes universitaires dans la revue Codex – des questions abordées par Michel Onfray (dont certains qu’il cite sans les comprendre) au rang desquelles l’existence même de Jésus, le contexte historique des sociétés antiques et médiévales, Vatican II, etc. Codex n’hésite pas à dénoncer les « affirmations péremptoires », les « traits d’esprit [qui] fusent souvent au détriment de la réalité », « les erreurs, clichés omissions, raccourcis ou anachronismes », une « bibliographie étonnamment pauvre ». Cinq historiens réagissent donc dans la revue.Lire la suite

La dissuasion nucléaire, c’est mal !

On le sait déjà, ça fait un peu redite, mais tout de même. Après tout, la pédagogie, c’est aussi la répétition : «La paix, dit le Pape François, ne peut être fondée sur la menace ». Dans un message adressé aux Nations Unies, le Pape François rappelle donc que la menace d’une destruction réciproque est contraire aux principes constituants des Nations Unies dont la mission primaire est la préservation de la paix. « Nous devons nous engager pour un monde sans armes nucléaires » assène-t-il dans un message aux Nations Unis, alors qu’une centaine de pays ont lancé lundi à l’ONU les discussions en vue d’un futur traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Sans surprise, le Saint Siège soutient donc, et avec ferveur, ce projet d’interdiction.

Radio Vatican précise néanmoins qu’au premier jour des négociations, on pouvait remarquer l’absence des principales puissances nucléaires, pas particulièrement favorables à la perspective d’un nouveau traité. Sans surprise, là aussi (sic). Mais – positivons – cela nous donne une excellente occasion d’invoquer dans la prière les anges gardiens des nations en question.

Ajoutons, à la suite du Pape François, une dernière évidence : le développement de l’armement nucléaire demande d’énormes investissements, alors que ces ressources pourraient largement être utilisées pour d’autres priorités plus significatives comme la promotion de la paix et le développement humain intégral.

Des responsables musulmans anglais à la rencontre du Pape

La rencontre, c’est le mot-clé, tant elle est constitutive du dialogue !

« Je pense que les personnes de foi ont beaucoup à offrir. Le dialogue entre personnes qui croient en Dieu crée un espace commun. Et c’est de ce point de vue un devoir pour les chefs religieux de se parler, de se rencontrer, d’explorer ensemble des solutions communes, d’affronter la question du credo religieux qui aboutit à l’extrémisme et à la violence. »

Ces propos, rapportés par l’agence Zenit, sont ceux du cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster, annonçant à la presse la visite privée de quatre responsables musulmans du Royaume-Uni au Pape François. Ce dernier les accueillera le 5 avril 2017, deux semaines après l’attentat de Westminster.

Et prévenant toute velléité de repli national, identitaire, précisément, le cardinal a bien souligné par ailleurs : « il est clair que ce qui s’est passé n’a rien à voir avec les frontières. Le terroriste était un homme né en Angleterre, qui avait grandi en Angleterre. Il a passé, il est vrai, une brève période en Arabie et il est devenu musulman. Mais il faut aussi dire que c’était un homme avec une longue histoire de violence. Il a été 5 ou 6 fois en prison, et ceux qui l’ont connu parlent d’un homme très en colère. Cet accident doit donc être regardé et interprété dans sa réalité ».

Voter en chrétien : oui mais comment ?

Un long article publié dans la Vie par Marie-Lucile Kubacki fait état des réflexions actuelles des chrétiens sur leurs critères de vote, à l’approche de la présidentielle.

Bien entendu, si plusieurs points d’attention restent partagés par les chrétiens (respect de la vie, attention au plus faible, au bien commun, à la dignité humaine et à la paix), on constate que les désaccord apparaissent dès lors qu’il s’agit de hiérarchiser ces points, notamment pour évoquer des « points non négociables ». Les constats posés par cet article nous rappellent que les chrétiens appartiennent aussi, chacun, à une sociologie, à une histoire familiale. Lire la suite

Le parti le plus sage, entre chrétiens, est de ne pas se haïr pour des questions controversables

« Dans ces temps difficiles où certains semblent se résoudre à une impossibilité pour les chrétiens de s’engager honnêtement, sans se salir les mains, comme si c’était une fatalité, il faut au contraire saluer ceux qui accomplissent ce service de la politique et qui veulent tenir leur place dans le monde – politique -, sans être du monde. On pourra toujours nous reprocher de n’être pas des saints ; on ne doit pas pouvoir nous reprocher notre indifférence et notre passivité. La peur des coups ou des compromis n’est pas un motif suffisant pour déserter le champ du politique.

Lire la suite

L’aumônier des parlementaires voit « violence et désarroi » chez les politiques

C’est ce que le Père Laurent Stalla-Bourdillon, aka l’ « aumônier des parlementaires » même si ce n’est pas une aumônerie, rapporte dans une interview au Figaro.

Cette campagne vous semble-t-elle marquée par une forme de violence ? Oui, une violence sans nom. J’observe le préjudice considérable fait à la pensée politique par l’étroitesse du jeu médiatico-politique. D’une certaine façon, les responsables politiques usent et abusent des médias pour exister. En retour, les médias manipulent les politiques comme des marionnettes.

Lire la suite

Parole du jour

Je t’ai façonné, établi,
Pour que tu sois l’alliance du peuple,
Pour relever le pays,
Restituer les héritages dévastés
Et dire aux prisonniers : « Sortez » !
Aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous » !

Isaïe 49

L’action angélique mesurée par une expérience scientifique ?

Oui, tout arrive : nous partageons ici un article de Femme actuelle (préalablement relayé sur le compte Twitter des Jésuites de France, hein, quand même).

« De plus en plus de personnes se tournent vers les retraites spirituelles, méditatives et religieuses afin de réinitialiser leur vie et d’améliorer leur bien-être », prévient l’article. Or des chercheurs viennent de mettre en évidence que chez les participants à ces retraites, des modifications s’opèrent dans les systèmes de dopamine et de sérotonine de leur cerveau.Lire la suite

Entre sécurité et liberté

« Certaines questions, en effet, auraient dû être examinées en urgence et avec loyauté. Gommées par les affaires, elles referont surface un jour ou l’autre, mais de la pire façon. Prenons un seul exemple, celui du fantasme sécuritaire. L’expression surprendra peut-être, car face au terrorisme, nous aspirons tous – légitimement – à la sécurité. Mais c’est bien de fantasme qu’il s’agit. La promesse est empoisonnée. Elle aura fini par piéger nos gouvernants, comme le montre la question insoluble de la levée de l’état d’urgence ».

Jean-Claude Guillebaud, dans La Vie

Mgr Pontier ne prend *vraiment* pas parti

Mgr Georges Pontier ne prend vraiment pas parti et développe d’autres sujets de profonde préoccupation de l’Eglise, parallèlement au rapport à l’argent et à la place de l’étranger. Outre la place des musulmans dans nos sociétés, dans son allocution très politique (au sens noble), il évoque également la dignité de la personne humaine de sa conception à sa mort naturelle – et ceux qui veulent constitutionnaliser l’inverse peuvent se sentir concernés à juste titre.Lire la suite

La Ville de Paris interdit la pub… sexiste et discriminatoire

C’est un grand pas en avant, espérons-le, qui s’annonce à l’occasion du vote attribuant au groupe JC Decaux (seul candidat) le marché du mobilier urbain d’information : « Le nouveau contrat prévoit que le concessionnaire s’engage à s’assurer qu’aucune publicité à caractère sexiste ou discriminatoire ne puisse être diffusée sur le réseau municipal d’affichage », selon la Ville, qui a voté cette décision sur proposition du groupe communiste.

Ce dernier, nous apprend cet article du Monde, avait demandé que le concessionnaire s’engage à « éviter toute publicité qui utilise des stéréotypes sexistes, lesbophobes et/ou homophobes, ainsi que des représentations dégradantes, dévalorisantes, déshumanisantes et vexatoires des femmes et des hommes » de même que toute publicité « cautionnant toute forme de discrimination fondée sur l’origine ethnique, l’origine nationale, la religion, le sexe ou l’âge ou portant atteinte à la dignité humaine ».

Espérons que cette initiative fera des émules !

Magnifique découverte archéologique à Uzès dans le Gard

« Un chantier d’extension pour deux lycées et ses travaux de fouille préalables ont permis de mettre à jour une importante découverte de vestiges à Uzès. Des vestiges qui datent d’un siècle avant Jésus-Christ et qui installent la ville dans la même catégorie que sa voisine : celle des sites de l’époque romaine. » Un reportage de France Inter à écouter.

Les vestiges sont ceux d’un probable édifice public de l’antique ville romaine d’Ucetia. L’étendue des fouilles apporte des restes remarquables, allant du premier siècle av. JC (époque républicaine) et jusque bien après la fin de l’antiquité (VIIème siècle), dont des mosaïques et des murs peints, ainsi que des rues pavées.

Sur le chemin de Compostelle avec des personnes détenues

« Ce projet est à l’initiative de l’aumônerie catholique qui intervient à la Maison d’Arrêt de Lyon-Corbas.

Si le chemin emprunté est celui qui mène à St Jacques de Compostelle, il ne s’agit pas d’un pèlerinage religieux. Pour autant l’expérience proposée est bien un pèlerinage au sens d’un travail sur soi, d’un voyage aussi intérieur, d’une expérience spirituelle respectueuse du point où chacun en est, de sa religion ou absence de religion. En outre, c’est un chemin aisément praticable, qui n’exige pas que les participants soient de grands sportifs ; c’est une des principales routes de l’histoire européenne, et qui permet la découverte de chefs d’œuvre culturels (dont le portail roman de l’abbaye de Conques, terme du voyage).

Elle permet une immersion dans la nature de personnes qui en sont privées depuis longtemps. Ce contact favorise une ressaisie de soi-même. C’est un itinéraire touristique aujourd’hui largement fréquenté. Il en résulte une certaine valorisation (mettre ses pas dans ceux de tout le monde ; raconter ensuite aux familles un évènement que celles-ci pourront se représenter plus aisément que la vie carcérale).

Lire plus sur lyon.catholique.fr

Mgr Pontier ne prend (presque) pas parti dans la présidentielle

Dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière des évêques de France à Lourdes, ce mardi 28 mars, Mgr Pontier s’est penché sur l’élection présidentielle qui approche. Les évêques ne donnent évidemment pas de consignes de vote. On notera toutefois l’accent mis par le président de la CEF sur deux points particuliers concernant cette campagne :Lire la suite

Cette femme peut le jurer : il n’y a rien à voir dans le tombeau du Christ


A la question de savoir ce que l’on peut voir dans le tombeau du Christ, une femme peut apporter une réponse certaine. Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine, a eu le privilège d’entrer dans le tombeau du Christ seule, de nuit, éclairée à la seule lueur de son téléphone portable, alors que le Tombeau était en travaux et qu’apparaissait ce qui est d’ordinaire caché.

Qu’y a-t-il à voir ? Elle a pu en témoigner pour France 2 : rien. Il n’y a rien à voir dans le Tombeau. Comme elle le dit : elle est comme ces femmes arrivées en courant au matin de Pâques, Marie de Magdala et l’autre Marie, et qui ont vu qu’il n’y avait rien. Et c’est ça qui fait tout.

C’est mieux maintenant

L’argent ne fait pas le bonheur, l’économie ne nourrit pas son homme, puisque « ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre ». Certes. Néanmoins il a bien fallu en multiplier, des pains. Bref. Contre l’idée qui se répand que les jeunes générations (ie. jusqu’à moi) ont été sacrifiées par des baby-boomers prodigues, l’économiste Hippolyte d’Albis (de son vrai nom Hippolyte d’Albis) apporte quelques éléments concrets dans une tribune au Monde :Lire la suite

Nous serons prophètes en Église ou nous ne serons rien !

« Nous allons nous lever comme un peuple de prophètes parce que notre Grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ a un projet que notre Église doit porter en ce monde. Nous serons prophètes en Église ou nous ne serons rien !
J’appelle en particulier à l’engagement et à l’action les jeunes Catholiques : voulez-vous être prophètes ? Voulez-vous montrer Jésus en Martinique et au-delà : être des hommes et des femmes selon le cœur de Dieu, construire personnellement et en Eglise de vraies familles chrétiennes, faire (re)vivre la solidarité communautaire qui était la richesse de nos grands-parents, témoigner auprès des jeunes de l’Espérance qui déplace les montagnes, travailler dur pour exploiter vous-mêmes les potentialités de notre terroir et redonner la foi à tous les baptisés qui attendent de retrouver leur vocation de Fils de Lumière ? »

+ Fr David Macaire

Du gouvernement à la gouvernance ou au management…

« Notre pays vit un certain délitement de la politique, devenue désormais moins l’art noble du gouvernement que celui de la gouvernance ou du management. La parole publique, surabondante et hyper-médiatisée, se prend au jeu de la dialectique, devient l’otage de polémiques. Elle lasse le citoyen. Elle obscurcit les véritables enjeux sociétaux, anthropologiques et éthiques. Chacun a le sentiment que la politique est de plus en plus le fait d’incantations, de promesses et de règlements de comptes.

Pour réhabiliter la politique, l’Église propose 4 pistes pour nourrir l’engagement des chrétiens dans la cité ».

Mgr Rey sur chetiensdanslacite.com