Les broyeurs d’existence

Capture« Nous préférons, pour notre part, continuer à défendre, avec Orwell et Michéa, un anarchisme conservateur. Car nous nous méfions tout autant de l’étatisme ventripotent que du libéralisme élastique, de l’inertie du premier que de la flexibilité du second. L’un comme l’autre, à la lumière de l’Histoire, nous paraissent de gigantesques broyeurs d’existence. De même, nous avons déjà soupé de l’ivresse des table rase et de l’hypnose de l’immuable. Nous avons goûté l’amère potion du progrès. Quant aux boîtes de conserve pleines de substances chimiques, nous les digérons mal. La vérité, c’est que nous voulons rester vivants, de chair et de sang, ni liquéfiés par l’Émancipation, ni pétrifiés par la Tradition. Qu’on nous permette de croire qu’entre Charybde et Scylla, il y a une autre voie ».

Lire plus dans Limite