Apprendre à instruire, c’est (aussi) une œuvre de miséricorde

capture« En cette nouvelle année, ne réduisons pas la Miséricorde au pieux souvenir d’une porte, ouverte puis refermée. Une fois que nous aurons visité les malades et les prisonniers (deux autres œuvres de miséricorde) et peut-être enseveli un proche défunt, tout en priant pour les vivants et les morts (encore deux), pensons qu’instruire les ignorants ne nécessite pas toujours de nombreux diplômes. Il suffit parfois d’offrir un jeu de sept familles… »

Henri Quantin dans La Vie