Damien Ricour : “Que la joie demeure“

capture« Tout s’est vraiment dégradé dans ma quatorzième année. J’étais alors beau, entreprenant, je plaisais aux filles, je faisais rire. Accident de mobylette. Dents cassées. Court temps de coma. ‘Dieu, où étais-tu à ce moment-là ?’ Mon enfance avait été suffisamment difficile comme ça… Première colère. Première fois que ma chair était atteinte. Qu’une porte s’entrebâillait, laissant apparaître ma fragilité.

Lire plus dans La Vie…