Le serviteur inutile du pape François

capture« Guzmán Carriquiry a bien conscience des résistances de certains et de l’anxiété provoquée par les changements. ‘Quelquefois, ils disent que le pape est dur, admet-il, mais c’est bon d’être interpellé sur son style, le contenu ou le but de son service ; cela aide à être vraiment un serviteur inutile' ».

Lire plus dans La Croix