Après Alep, la guerre se poursuit en Syrie

capture« Émiettés dans plusieurs bastions, les opposants à Damas – eux-mêmes divisés et estimés à environ 100 000 combattants sur l’ensemble du territoire – sont affaiblis, mais pas vaincus. Ils tiennent encore plusieurs poches, dont la plus importante est celle d’Idlib, dans le nord-ouest du pays et au sud-ouest d’Alep, à la frontière Turque ».

Article suivi d’un extrait d’une lettre envoyée le 13 décembre par la communauté mariste d’Alep : ‘Quel regard sur celui qu’on soupçonne d’avoir été notre ennemi ?’

Par Laurent Larcher dans La Croix