S’enraciner dans une culture, pour un monde de paix…

capture« On les a fait rentrer dans une dynamique de découverte sensorielle de l’environnement et de la région. Partir du corps, des sensations, de la beauté, pour arriver à une certaine compréhension intellectuelle de la culture présentée. Par exemple : la couleur des pierres dans l’architecture, comment sont fait les maisons, comment était construite l’église, qu’est-ce que ça voulait dire. Et les femmes remarquaient les diverses spécificités de chaque bâtiment, les couleurs automnales, les comportements des habitants, la nourriture vendue sur place. Les 5 sens permettent de mieux écouter, regarder, comprendre mes voisins, mon environnement et le pays dans lequel j’habite. À partir de là, on a pu raconter l’histoire de ce pays dans lequel elles vivaient ; transmise de façon charnelle, incarnée, il était beaucoup plus facile pour elles de se l’approprier ».

Voir plus dans écologie HUMAINE