Dans un but dissuasif seulement…

Assemblée NationaleL’article unique du projet de loi débattu aujourd’hui à l’assemblée nationale est rédigé de la manière suivante :

Le dernier alinéa de l’article L. 2223-2 du code de la santé publique est complété par les mots : « par tout moyen de communication au public, y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne, des allégations, indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ».

Où l’on pourra s’étonner que pour Laurence Rossignol, qui semble vouloir s’en prendre, non pas à la liberté d’expression mais à la liberté de mensonge, les informations visées par cette pénalisation soient celles qui induiraient en erreur uniquement dans un but dissuasif. Faut-il comprendre que le fait désinformer dans un but persuasif, ne poserait en revanche aucun problème ?