Implications du Saint-Siège dans la COP 22

COP22Pour suivre ce qui se passe un peu à la COP22, la grande conférence mondiale sur le climat à Marrakech, il faut se brancher sur Radio Vatican, qui suit de près l’événement.

D’abord, on y verra que le Pape François a transmis un message mardi dernier aux participants de la COP22. Il leur a rappelé qu’ «il est nécessaire de mettre en œuvre une réponse collective responsable visant réellement à collaborer pour construire notre maison commune». Le Vatican, très attentif au sujet, a envoyé une délégation sur place, dont fait partie le cardinal Pietro Parolin, déjà présent à la COP21, l’an dernier à Paris. Sur Radio Vatican, le Secrétaire d’État du Saint-Siège revient sur ce que représente cette nouvelle conférence climat pour le Vatican, et souligne l’importance toujours actuel du message de l’encyclique Laudato Si’. A écouter ici.

On y trouvera aussi des informations sur l’attention portée à la COP22 sur le phénomène de désertification en Afrique, et ses conséquences. On pourra également y écouter une interview de Patricia Savin, présidente de l’association Orée, qui regroupe des entreprises et des collectivités territoriales, autour de la dramatique question des déplacés climatiques, notamment à propos du fait qu’aucun statut n’existe à ce jour, pour ceux qui fuient les effets du réchauffement climatique et les catastrophes naturelles. Un sujet qui occupe particulièrement le Vatican. On pourra encore écouter les inquiétudes portées par Nicolas Hulot suite à l’élection du très climato-sceptique Donald Trump. Ou dans un tout autre genre, découvrir un reportage sur le devenir du poumon vert de Marrakech, sa célèbre Palmeraie fondée sous la dynastie des Almoravides, confrontée aux aléas du changement climatique, et à l’urbanisation avec sa partie touristique.

« Il faut que les pays aillent plus loin dans leurs plans nationaux avant 2018 » a lancé Ban Ki-Moon le secrétaire général de l’ONU. Espérons que les candidats français à la future élection présidentielle et surtout leurs électeurs, s’ils n’écoutent pas le Pape François, entendront au moins cet appel.