Migrants en Méditerranée : Ces ONG qui sauvent des milliers de vies

Migrants en Méditerranée : Ces ONG qui sauvent des milliers de viesUn article essentiel à découvrir sur le site d’information maritime Mer et Marine à propos du développement aussi récent que fulgurant des activités des ONG pour sauver la vie des migrants perdus en Méditerranée : « Pour la seule journée du samedi 12 novembre, un millier d’hommes, femmes et enfants ont été secourus par les navires affrétés par des associations humanitaires pour sauver les migrants et réfugiés tentant de traverser la Méditerranée depuis la Libye. »

L’article revient sur le fructueux et inique marché des passeurs, et décrit comment, devant l’insuffisance des moyens mis en oeuvres par les états et par l’Europe, les ONG se sont petit à petit emparé du problème : « C’est en 2014 que des organisations non gouvernementales ont commencé à se mobiliser après une série de drames ayant secoué l’opinion publique. […] En l’absence d’Etat, les réseaux criminels y organisent un vaste trafic d’êtres humains, qui rapporte selon les chiffres d’Europol et Interpol entre 4 et 5 milliards de dollars par an. » Mais ces interventions de sauvetage ont un coût non négligeable, et la difficulté de mise en oeuvre n’en met que plus en valeur l’engagement courageux des auteurs de ces initiatives non gouvernementales :

 

Oeuvrant dans des conditions parfois très difficiles, les ONG, qui apportent un appoint significatif aux moyens étatiques déployés par les pays de l’UE, sont parvenues ces deux dernières années à sauver des dizaines de milliers de vies. Une action aussi essentielle que remarquable pour une mobilisation maritime civile sans précédent dans l’histoire humanitaire. Non seulement par les moyens déployés, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans la durée et nécessite de mobiliser de nombreux volontaires et beaucoup de matériel. Tout cela a évidemment un coût. Il faut par exemple 11.000 euros par jour pour payer le fonctionnement de l’Aquarius. Or, sans le soutien des donateurs, les associations ne peuvent financer leurs opérations. Il y a de grands mécènes, acquis à cette cause, mais aussi, et surtout, le financement participatif auprès du grand public. Ainsi, des milliers de citoyens, révoltés par les drames qui se jouent en Méditerranée, soutiennent l’action des ONG en fonction de leurs moyens. Ce sont ces petites sommes, cumulées aux contributions plus importantes, qui permettent aux sauveteurs de poursuivre leur action.