Et voilà le retour des points non négociables

1830124_3_132d_benoit-xvi-le-29-decembre_f14ce139c82411b0ce742b5dda0da90e

Période électorale oblige, revoilà l’âpre querelle des « points non négociables ». A l’approche de 2017 et à l’heure de décerner aux politiques les titres de candidat « le-plus-catholique », « le moins-catholique » ou « le moins le moins-catholique », le débat refait progressivement surface. En 2012, à partir de l’exhortation apostolique Sacramentum Caritatis de Benoît XVI (§83), des catholiques avancent que tout choix électoral doit être subordonné à trois « points non négociables » : respect et défense de la vie humaine (de sa conception à sa fin naturelle), famille fondée sur le mariage entre homme et femme, liberté d’éducation des enfants. La fin de la phrase du pape sur ces « valeurs fondamentales », moins connue, évoque « la promotion du bien commun sous toutes ses formes ». La liste ne paraît donc pas limitative…

On peut se demander aujourd’hui si les prises de position fortes du Pape François sur l’écologie, l’économie ou les migrants sont susceptibles de nourrir différemment ce débat en faisant pencher la balance du côté du socio-économique plutôt que de l’éthique, ou du moins de proposer un autre équilibre. La notion d’écologie intégrale est a priori susceptible de réconcilier les catholiques dans la recherche d’un projet politique cohérent mais reste dépourvue d’incarnation politique. La question écologique peut néanmoins amener à interroger la vision politique globale des candidats.

Lorsque le cardinal Burke proclame ce 10 novembre que Donald Trump sera en bonne position pour défendre « les valeurs chères aux catholiques », que l’on souligne l’importance de leur rôle dans l’élection américaine, sur la base de ces points non négociables, ou lorsque Jean-Frédéric Poisson s’attire ce dimanche les foudres de Patrice de Plunkett en déclarant que « les parents et les enfants sont plus importants que les papillons ou les brins d’herbe. », on est en droit de se demander si l’on est pas plutôt dans un durcissement du débat, avec d’une part des catholiques plus prompts à élargir la question à celle du projet socio-économique et écologique, et de l’autre des catholiques plus soucieux qu’auparavant des questions éthiques (épisode Manif Pour Tous oblige, dans le cas français).

Source photo.