Miséricorde en prison

capture

« ‘C’est une mise à nu terrible’, explique Jean-Marie Claeys, diacre et aumônier régional de prison en Auvergne Rhône-Alpes. ‘Toutes les zones d’ombre de l’âme humaine sont révélées, il y a une perte de dignité extrême’, ajoute-t-il. Rien ne peut être caché, y compris sa propre intimité. ‘Sans compter le poids de la faute, le poids de la culpabilité, les remords, le jugement des autres. La perte, aussi, de son travail, de sa femme, de ses enfants…’ Ce choc carcéral est à l’origine, souvent, de suicides, et fait naître des sentiments de haine et de vengeance ».

À lire dans La Croix…