Passer de l’indifférence et de la peur à l’acceptation de l’autre.

Dans sa vidéo du mois, le pape développe cette intention de prière, signe que la conscience de la prudence nécessaire (qui n’est pas précaution, rappelle Dominique Greiner) n’exclut en rien l’exhortation à l’accueil.

« Un pays peut-il affronter tout seul les difficultés provoquées par l’émigration forcée ? Nous devons passer de l’indifférence et de la peur à l’acceptation de l’autre. Car cet autre pourrait être toi. Ou moi… Rejoins-moi dans cet appel : Pour que les pays, qui accueillent des réfugiés et déplacés en très grand nombre, soient soutenus dans leur effort de solidarité. »