Exceptionnelles conclusions d’une étude scientifique sur les états modifiés de conscience

Nouvelles révélations sur la conscienceLe site Cath.ch a mis en ligne hier un important dossier sur les recherches scientifiques menées à Genève en matière d’états modifiés de conscience : « Allons-nous vers une révolution spirituelle? C’est la question qu’approfondit cath.ch après la publication, à Genève, de nouvelles études suggérant que la conscience peut exister indépendamment du cerveau. Avec notamment une interview exclusive et une mise en perspective du jésuite Jean-Blaise Fellay. »

Le dossier propose notamment un article « L’existence de l’âme révélée », au titre un peu racoleur il faut bien le reconnaître, mais qui prend néanmoins acte des conclusions scientifiques sur le cas Nicolas Fraisse :

Nicolas Fraisse, un Français d’une trentaine d’années, affirme que son esprit peut sortir de son corps et explorer son environnement. Hallucination ou réalité? Une étude genevoise, menée pendant 10 ans sur son cas, vient d’être rendue publique dans un livre. Ces résultats pourraient, selon les chercheurs, bouleverser notre conception de la conscience et le dogme matérialiste actuel.

L’étude vient en effet mettre en difficulté le schéma matérialiste commun décrivant la perception du réel par la seule médiation des cinq sens. Mais plus que cela, elle ouvre la voie à une recherche plus approfondie quant au modèle d’une réalité qu’en l’absence d’un vocabulaire spécifiquement scientifique, on pourrait qualifier d’invisible. Quoiqu’ils ne semblent pas fermés au concept d’âme, les responsables de l’étude restent prudents et on ne leur en voudra pas de préférer s’en tenir d’abord à celui de conscience, ici « modifiée ». Et l’on n’en est certainement pas à toucher du doigt de la science quelque phénomène surnaturel, que rien ici ne laisse entrevoir. Rien ? Peut-être pas, d’après une des expérimentations réalisées, qui a permis d’observer et évaluer une expérience de channeling, durant laquelle le sujet a « entendu » d’une source extérieure non identifiée les réponses qu’il devait donner.