« Ne les jugez pas avant de les connaître »

calais1montageIl n’est pas fréquent d’entendre des paroles bienveillantes concernant les migrants, « les exilés ». Les mots de Mariam Guerey, salariée du Secours Catholique n’en sont que plus intéressants et poignants. Comment espérer que l’intégration ait une chance quand ils arrivent dans des centres que les habitants ont tenté d’incendier ? Comment ignorer que le rejet provoque la défiance en retour ?

Aujourd’hui, j’envie tous ces CAO où nos frères vont partir, je dis à ceux qui les recevront : « Accueillez-les, soyez à leurs côtés, ce sont des jeunes en quête de paix, leur regard est poignant, ils nous disent quelque chose de l’humanité.  Ils sont en manque de tendresse et d’amour, de reconnaissance, ils ne savent pas ce que c’est de détester ou de ne pas aimer.  Tout ce qu’ils souhaitent vraiment c’est qu’on les rencontre avec un regard qui ne fait pas de différence, un regard d’amitié et d’accueil…Ne les jugez pas avant de les connaître, essayez juste de comprendre pourquoi ils sont là, ce qu’ils ont dû endurer pour arriver jusqu’ici, on ne quitte jamais son pays par plaisir. Demain l’OFPRA, nous pouvons l’espérer, leur accordera le statut de réfugié ».

Sans se leurrer sur le fait que tous ne correspondent pas à ce tableau, au moins, les connaître. Tout devrait commencer par là.