Le célibataire, ce handicapé.

94331107_c001kd_a_father_lifting_his_son_in_the_air-large_transqvzuuqpflyliwib6ntmjwzavhxqzbmczl0sj3gtk990Au nom d’un « droit à se reproduire », l’incapacité à pouvoir s’auto-reproduire pourrait bien être considéré sous peu comme un handicap, et les célibataires sans enfant comme souffrant d’infertilité, sociale.

C’est ce que rapporte The Telegraph. Ainsi les experts de l’OMS auraient résolu de définir de nouveaux standards et, poursuivant la logique toujours plus absurdes des droits individualistes, consacreraient un « droit à la reproduction ».

Under the new terms, heterosexual single men and women, and gay men and  women who want to have children would be given the same priority as couples seeking IVF because of medical fertility problems. Dr David Adamson, one of the authors of the new standards, said: “The definition of infertility is now written in such a way that it includes the rights of all individuals to have a family, and that includes single men, single women, gay men, gay women.

Ce point mérite l’attention tant, d’une part, il consacre la conception de la vie en société comme la mise en œuvre de droits personnels, individuels et individualistes et, d’autre part, il ouvre la voie aux pratiques que l’on sait largement contestées aujourd’hui, autour de la PMA et de la GPA.