Les périphéries, la prostitution, une maison

Maison-Magdalena_0_730_486
(A. Richard)

Mise à disposition par le diocèse de Meaux, la Maison Magdalena accueille, depuis peu, trois personnes qui se sont longtemps prostituées au Bois de Boulogne, c’est ce que nous narrait La Croix tout récemment.

Parmi elles, une Colombienne transsexuelle, qui a rendu les clefs de son appartement parisien pour y vivre, confie : « J’ai peur de la suite. Parce que, en tant que transsexuelle, il n’y a que la prostitution qui s’offre d’ordinaire à nous mais il faut faire confiance. C’est la première fois de ma vie que je rencontre un prêtre qui veut bien m’aider. Et puis Dieu est là.. »

Dans nos oreilles résonnent les paroles du Pape François quand il nous invite à « aller aux périphéries » et qui nous parle de l’Eglise comme d’un « hôpital de campagne » …

Ce prêtre qui va aux périphéries, il les a connues dans des périodes sombres de sa propre histoire ; aujourd’hui, ce sont même Les Inrockuptibles qui lui tirent le portrait ! Le Père Jean-Philippe Chauveau a créé en 1998 l’association Magdalena au cœur de la paroisse Sainte-Cécile à Boulogne-Billancourt, dans le Diocèse des Hauts-de-Seine. Cette association qui compte aujourd’hui 200 bénévoles comme les autres initiatives prises dans ce cadre (pèlerinage des prostituées à Lourdes, « maraudes » auprès des SDF, autre maison mais dans l’Indre cette fois dédiée à la réinsertion de toxicomanes, …) semblent tout à fait exemplaires.

A découvrir et partager si on le souhaite. Pour le reste, chacun choisira « ses périphéries » mais en attendant on peut donner à cette association, reconnue par le Diocèse, et c’est par là : http://www.magdalena92.com/?-Appel-a-dons-