« J’ai de l’acné mais je me soigne. Et toi, pour ton cerveau on va faire comment ? »

Je me défends du harcèlementLe 3 novembre 2016 ce sera la deuxième journée nationale « Non au harcèlement ». Cette journée nationale de sensibilisation au harcèlement à l’école a été mise en place en 2015. « Najat Vallaud-Belkacem a présenté la première journée nationale « Non au harcèlement », qui aura lieu le jeudi 5 novembre, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le jeudi 29 octobre 2015. La campagne et les annonces s’adressent prioritairement aux enfants de primaire et aux témoins car c’est dès le plus jeune âge qu’apparaissent les premières situations de harcèlement. La recherche et les expériences de terrain ont prouvé que c’est en rendant les témoins acteurs de la prévention, en les faisant changer de regard et de position dans le groupe que le harcèlement diminuait. » indiquait l’année dernière le ministère de l’éducation nationale.

En mars 2016, est paru un excellent ouvrage : E. Piquet et L. Mandel, Je me défends du harcèlement, éd. Albin Michel Jeunesse, 2016.

Dans ce livre, l’auteur Emmanuelle Piquet, psycho-praticienne, fondatrice du centre Chagrin Scolaire, et l’illustratrice Lisa Mandel, présentent un panel très large de situations de harcèlement à l’école, mais surtout des solutions destinées aux victimes pour affronter ces situations. Non pas par la violence, ni en faisant intervenir des adultes pour sanctionner, mais en pratiquant par exemple le 180° : assumer et retourner la situation à son avantage. Dans le cas de Dorian, par exemple, harcelé parce qu’on le trouve gros et moche (le visage couvert d’acné), plusieurs conseils lui sont donnés, parmi lesquels : se faire faire un tee-shirt « J’ai de l’acné mais je me soigne. Et toi, pour ton cerveau on va faire comment ? ». Aller à l’école avec ce tee-shirt est pour lui un vrai défi, mais quand il parvient à affronter cette peur, alors le regard des autres change complètement sur lui : son courage est félicité, et il reprend confiance en lui. Le livre montre bien comment, à la source du harcèlement il y a – même pour des enfants qui ont « tout pour eux » – une situation de vulnérabilité. Une vulnérabilité qui peut même être parfois très passagère. Mais c’est cette situation de vulnérabilité que sentent les autres enfants, et qui seront, pour certains, l’occasion de combattre leur propre manque d’estime d’eux-mêmes en persécutant les autres.

Une page Facebook « Non au harcèlement à l’École » met aussi en ligne des vidéos et articles pour sensibiliser et apprendre à lutter contre ce fléau du harcèlement à l’école.