Frère Roger de Taizé : un politique pour aujourd’hui ?

« L’équilibre recherché à Taizé entre les confessions peut être un modèle pour mettre fin aux tensions et créer la coexistence pacifique dans toute l’Europe, non seulement au plan religieux mais aussi politique. » Taizé, un modèle politique ? Telle n’était sûrement pas la vision de frère Roger qui préférait le langage de l’Évangile, où les chrétiens sont invités à vivre comme des ferments pour travailler la pâte.

Ce texte est extrait d’un article de la lettre de Justice et paix du mois d’octobre 2016.  L’auteur, Sabine Laplane, nous présente en une page la vision politique de Frère Roger. Ou plutôt, son engagement politique sans vision autre que celle de l’évangile… Frère Roger, le fondateur de Taizé, est celui qui tout au long de sa vie a encouragé les jeunes à chercher « la paix du cœur » et à imaginer des moyens alternatifs pour « rendre la terre habitable par tous » ! Le prix Charlemagne, qui récompensant des personnalités du monde politique ou diplomatique engagées pour l’unification européenne, lui a été attribué en 1984. Depuis, les papes Jean-Paul II en 2004 et François en 2016 ont été distingué eux-aussi par le jury de ce prix, décerné à Aix-la-Chapelle.

justice-paix-fr-roger