Une affaire Anatrella

77006_tony-anatrellaLa Vie publie une enquête sur « le système Anatrella ». Elle vient approfondir et confirmer ce qui était déjà tristement évoqué et dénoncé notamment par des prêtres – dont le Père Philippe Lefevre, dominicain – sur des pratiques sexuelles réalisées sur plusieurs patients. Comme le dit Mgr Petit Delmas, de l’Officialité, « un témoignage, c’est parole contre parole. S’il y a plusieurs témoins, c’est autre chose, c’est un faisceau ».

La Vie donne concomitamment la parole à Mgr de Moulins Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, qui explique la position passée et actuelle du diocèse, le fonctionnement de la commission diocésaine – « Sur cette affaire Anatrella, il nous a paru nécessaire de constituer une commission d’audition, de façon à avoir une écoute croisée. Nous sommes donc cinq : deux laïcs dont une femme médecin, un canoniste, un évêque émérite et moi-même ».

Il précise notamment : « nous avons reçu un certain nombre de témoignages qui convergent et montrent un certain fonctionnement… Ce que nous avons reçu suffit pour que nous posions des questions ». Il rappelle également que, par le passé, la justice a classé les procédures à la fois pour prescription et pour défaut de caractérisation et souligne aussi que, pour des raisons différentes et très compréhensibles, les personnes concernées n’ont souvent pas voulu saisir les autorités nécessaires, et se refusent notamment à un procès canonique.

En fin d’article, il est précisé que « le diocèse rappelle que toute personne souhaitant témoigner ou dénoncer des faits peut le faire via l’adresse mail : signalement@diocese-paris.net ».