« Un supérieur général qui tient la place de Dieu »

Jésuites

Nous cherchions un jésuite parfait pour être notre nouveau Père Général, semblable à celui dont Ignace dresse le portait dans les Constitutions de la Compagnie (…), eh bien… nous ne l’avons pas trouvé. (…)
Or, lorsqu’un jésuite prononce ses vœux, il s’adresse à son supérieur présent à ce moment-là (…) en employant l’expression « vous qui tenez la place de Dieu. »

Cet homme, qui donc – nous sommes bien d’accord – n’est pas Dieu, est chargé de faire suffisamment de place en lui, pour laisser Dieu s’y glisser. Cela, nous avons la faiblesse de le croire possible. De croire que, oui, Dieu peut, même à travers des personnes imparfaites, trouver le moyen de se manifester, de rendre sensible sa présence à ses frères.

Billet d’Etienne Grieu à lire ici.