Causeur peut aller relire Laudato Si

6 juillet 2013 : Lors d'une Audience dans la salle Paul VI, François a rencontré des séminaristes et novices présents à Rome pour un pèlerinage dans le cadre de l'Année de la Foi. Vatican, Rome, Italie. July 6, 2013: Audience with seminarians and novices in Paul VI hall at the Vatican. Vatican, Rome, Italy.

Quitte à choisir entre Najat Vallaud-Belkacem et le Pape François, Causeur a fait son choix : autant mettre tout le monde dans le même sac. Car si le Pape François évoque des sujets partagés à gauche, il doit forcément être quelque part du côté de la « bien pensance » contemporaine. On apprend ainsi qu’avec Laudato Si, le Pape « flatte l’air du temps avec une pensée peu exigeante mais bien sympathique », qu’il est fâcheusement « européiste, antilibéral et relativiste ». Truffé d’erreur, l’article témoigne d’une lecture sélective et caricaturale des propos du Pape, qui n’est finalement que le pendant d’une lecture restrictive, à gauche, des discours de l’Église. Non, dans Laudato Si le Pape n’est pas étatiste et non, il n’est pas possible de se passer aujourd’hui d’une regard critique sur la technique et la soumission du politique à l’économique.

Cher Causeur, « le vent souffle ou il veut, et tu en entends le son; mais tu ne sais pas d’ou il vient, ni ou il va ».

Source photo : eglise.catholique.fr