L’Appel de la Route

Il est des jours, des nuits surtout ou des matins, où l’envie te prend, garçon, de balayer la poussière des mots.

Dans le silence d’un cœur rempli d’étoiles, d’un espace en toi traversé par une brise légère, c’est un grand moment, c’est un temps de grâce, quand il t’arrive d’être saisi par Celui qui est de toute éternité, la Parole Unique.

« Les saints, dit Origène, ne tombent pas dans la multitude des paroles, eux qui ont saisi l’Unique Parole ».

Voici que le Verbe t’a trouvé. Qu’Il a frappé à la porte de ta vie.
Que tu L’as laissé entrer. Tu Lui as ouvert mais Il t’a ouvert bien davantage : Il a créé en toi une ouverture immense, une béance pour l’infini. Il te fait plus grand que le monde, et en même temps plus petit, plus pauvre, plus humble qu’un brin d’herbe.

Dans cette petitesse même tu es introduit au sein de l’Immense.

Dans le mystère en Trois Personnes de l’amour.

Entends-tu garçon, Celui qui te parle alors comme personne ne peut parler ?

Celui qui en te parlant te fait naître ?

Celui qui, en se confiant à toi, libère en toi ta parole la plus personnelle, la plus capable d’aimer, de vivre, de partir…

Il a, ce Verbe Unique, ce Jésus, qui s’adresse à toi de façon unique, qui te rend unique et universel à la fois, Il a été précédé de multiples voix qui, toutes, L’annonçaient, te préparaient à L’accueillir :

. voix des parents et des amis, voix de tous tes frères,

. voix de la Loi et de la Promesse,

. voix de toutes les attentes, de toutes les espérances,

. voix des prophètes, des guetteurs de l’aurore,

. voix de toute la création, voix du vent et de l’eau,

. voix qui montent depuis la terre, cris des hommes,

. voix du silence.

Aujourd’hui, garçon, Celui qu’elles proclamaient est là, tout près de toi.

« Pourquoi, demandait Flaubert, vouloir être quelque chose quand on peut être quelqu’un ? » Et Maurice Zundel ajoutait : « Peut-on devenir quelqu’un sinon en face de Quelqu’un et pour Lui ? »

Celui qui te parle t’appelle devenir quelqu’un : toi-même, Celui qui t’appelle, est Lui-même la Route, la Route des hommes.

Deviens cet homme, garçon, qui fait entendre chaque jour au monde l’appel de la Route.

Mgr Hervé Renaudin