L’un de ces profs

8Parce qu’il faut aussi, parfois, lire ceux qui travaillent « là-bas », tentent, et font vivre l’espérance, jusque dans cette Education Nationale que l’on a parfois un peu trop beau jeu de critiquer.

Je suis l’un de ces profs qui pense que l’on doit donner du bon, du beau à ceux qui, comme c’est parti, seront les silhouettes de la prochaine saison de Familles de policiers déchirées à la Grande Borne. Qui voit qu’en étant exigeant, impeccable au niveau de son cours, on peut voir B., N. et J. expliquer en mots précis pourquoi elles comprennent le traumatisme fondateur de Rousseau et que, non, ça n’a rien de ridicule, cette histoire de peigne. Et que cette victoire là est une étape, minuscule, ridicule, sur la route du changement.