Une proposition pour les catholiques séparés et divorcés

 

mgr-lebrun-1

 

Mgr Lebrun demande pardon aux catholiques divorcés, séparés ou remariés, et les invite à revenir vers l’Eglise. Il leur propose un temps de prière à la Toussaint à Rouen, et met à leur disposition 7 missionnaires de la Miséricorde pour les aider à avancer sur leur chemin.

 

Évêque du diocèse de Rouen, je m’adresse à vous, mariés devant Dieu dans le sacrement de mariage, aujourd’hui séparés, divorcés, peut-être remariés ou vivant une nouvelle union. Votre chemin n’est plus celui de la vie commune promise et espérée à votre mariage. Je sais que beaucoup ont l’impression d’être rejetés de la communauté, d’être condamnés.

Votre route est à la fois personnelle et liée à d’autres. Quoiqu’il en soit : Baptisés, vous faites partie de la communauté catholique. Comme moi, vous êtes en chemin, un chemin éclairé par l’amour de Dieu, par votre foi en Jésus mais aussi un chemin avec des obstacles, des blessures, des fragilités.

 

Je viens vous demander pardon : L’échec de votre mariage est devenu l’échec d’une vie, peut-être à cause des regards portés sur vous ou d’attitudes envers vous. En fait, votre divorce est une épreuve dans une vie tissée par l’amour qui a tant de visages et d’expressions.

 

Je vous demande pardon : L’indissolubilité de votre mariage est devenue un fardeau que vous portez comme une condamnation. C’était pour vous un chemin de liberté, d’amour, de miséricorde et cela doit le demeurer pour tous.

 

Je vous demande pardon : Le rappel de la loi vous atteint comme des pierres que Jésus a refusé de jeter sur la femme adultère. La loi est pourtant un chemin pour le bonheur.

 

Je vous demande pardon : L’impossibilité de recevoir les sacrements pour les personnes divorcées et engagées dans une nouvelle union, est devenue une exclusion. C’est, et cela doit être un appel à vous accueillir avec plus de charité.

 

Humblement, la communauté catholique veut vous inclure dans son chemin de miséricorde. Après avoir beaucoup réfléchi, réuni deux synodes mondiaux, le pape François nous demande de choisir la logique de l’intégration :

« Il s’agit d’intégrer tout le monde, on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale, pour qu’il se sente objet d’une miséricorde « imméritée, inconditionnelle et gratuite ». Personne ne peut être condamné pour toujours, parce que ce n’est pas la logique de l’Evangile. » (Amoris Laetitia n°297)