Lucetta Scaraffia : le féminisme et l’Église

« Ainsi, et c’est tout le sel de l’affaire, on se retrouve dans cette situation paradoxale où la société donne des leçons de féminisme à l’Église alors que le féminisme s’est développé dans le terreau du christianisme. »

« L’Église, affirme-t-elle, n’a pas suffisamment creusé la question de savoir en quoi consistait « la différence féminine ». Et de dénoncer l’« engourdissement de la réflexion de l’Église sur des problèmes de stricte actualité : conséquences de la séparation entre reproduction et sexualité, ou discussion sur l’identité sexuelle ». Pourquoi ? À cause d’une sorte de « blocage » vis-à-vis des femmes, dont l’institution exalte le « génie » mais qu’elle tient éloignées des grands débats ecclésiaux. »

À lire dans La Vie