Et si c’est Daech qui leur tend la main…

Frappante coïncidence : c’est à la mosquée de Saint-Etienne de Rouvray qu’a été enterré le fils de Latifa Ibn Ziaten, assassiné par Mohamed Merah. Depuis, elle parcourt le pays pour lutter contre la radicalisation des jeunes musulmans. Elle revient pour La Vie sur sa vision de ce phénomène.

La République est là mais on doit lui apporter des choses, pas exiger des choses. Par ailleurs, on ne valorise pas assez les jeunes qui ont réussi. Or, dans les cités, pour lutter contre le désespoir, il faut des exemples. (…) Les jeunes me disent : quand on parle de nous, c’est toujours pour parler de ceux qui sont sortis du chemin. C’est ainsi que le mal se répand.