Communiqué Pax Christi

Nous sommes indignés. Après un temps trop court de trêve qui laissait espérer un répit à la population, la barbarie se déchaîne de nouveau sur Alep. Certains disent qu’il ne suffit pas de s’indigner, qu’il faut agir. Mais lorsqu’on a en soi l’indignation, l’action gagne en densité, en force et en dignité.

Alors n’hésitons pas à crier notre indignation à la face des grandes puissances qui se révèlent incapables de mettre fin au massacre et font passer leur intervention au trébuchet de leurs intérêts et de la recherche d’équilibres mortifères pour les populations. N’hésitons pas à crier notre indignation à la face de ceux pour qui l’humanité n’a aucune valeur et de tous les fondamentalistes qui se servent de la religion pour déployer leur désir de puissance et leur mépris de l’homme.

Qu’allons-nous faire de plus ? Il nous faut continuer à exiger à corps et à cri l’acheminement de l’aide humanitaire auprès des populations martyres et le retour à un cessez le feu qui dure. Parce que la situation d’Alep est pour nous inacceptable nous avons à trouver les mots et l’énergie pour réclamer que le massacre cesse et qu’on instaure un dialogue responsable entre tous ceux qui se préoccupent de l’avenir du peuple de Syrie.

Et pour ne pas avoir le sentiment de crier dans le vide, nous, membres de Pax Christi, nous avons la ressource de mettre en œuvre la prière à Dieu, dont nous croyons qu’il nous écoutera. Que le don qu’il nous fait de la paix nous provoque à redoubler nos efforts, en solidarité avec tous les peuples victimes de la violence et de la guerre, pour être des bâtisseurs de paix là où nous vivons.

Source : Pax Christi France.