« C’est Lui, Jésus-Christ, qui est notre paix… » (Ep 2,14)

JésusDans son éditorial du 30 septembre 2016, M. l’abbé Christian Thouvenot, Secrétaire Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X revient sur le grand rassemblement pour la paix à Assise. Après avoir rappelé que la Vierge elle-même, en apparaissant à Fatima, avait demandé de prier pour la paix, C. Thouvenot invite les fidèles de la FSSPX à discerner dans le s̶c̶a̶n̶d̶a̶l̶e̶ miracle d’Assise un authentique accomplissement de la prière en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire : une manifestation de la paix dans laquelle il reconnait la bonne nouvelle de notre Seigneur Jésus Christ. Il note ainsi :

Le 20 septembre 2016, à la Journée mondiale de la prière pour la paix, il n’a pas été question de Notre-Dame du Rosaire. Son divin Fils, unique Médiateur donné par Dieu aux hommes, a dû dans la personne de son Vicaire sur la terre coexister avec les infidèles et les païens, avec les ennemis jurés de sa Croix autant qu’avec les sectes qui déchirent son Eglise.

Le secrétaire général de la FSSPX fait évidemment référence à ce passage bien connu de l’Evangile : Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » (Lc 15,1-2).

Dans ce passage d’évangile, on note bien sûr que ce n’est pas très très sympa de la part des pharisiens de juger les compagnons de table de Jésus. Mais on remarque aussi le fait que Jésus ne dément pas le fait qu’ils soient désignés comme pécheurs et qu’ils aient besoin de conversion. Car il nous sait tous pécheurs et se met à la portée de tous. D’abord à la portée de ceux qui se reconnaissent en chemin (et donc en Jésus), en particulier vers la paix : c’est alors qu’il vient à leur table. Puis à la portée de ceux qui, comme ces pharisiens, pensent que c’est d’abord aux autres de faire le chemin : c’est alors qu’il les aide à discerner.

Réjouissons-nous de ce que l’abbé Thouvenot conduise ainsi ses fidèles à un tel discernement, et nous donne l’occasion, à nous aussi, de nous souvenir que nous sommes pécheurs, en marche vers la paix avec Jésus, par la prière, en compagnie de nos frères d’autres religions. Bisous fraternels à lui.