D’un amoureux de la Liturgie, nommé consulteur à la Congrégation pour le Culte divin

3 questions au fr. Olivier-Thomas Venard op., nommé consulteur à la Congrégation pour le Culte divinLe Pape François a nommé ce dimanche 15 janvier le vice-directeur de l’École Biblique et Archéologique Française, le fr. Olivier-Thomas Venard, consulteur pour la Congrégation pour le Culte divin, dirigée par le Cardinal Sarah. A lire : trois questions à un amoureux de la sainte Liturgie. Extrait :

Avez-vous nourri une réflexion particulière sur ce thème jusqu’ici ?

[…]

Plus que les questions historiques ou canoniques, ce sont la poétique et l’esthétique de la liturgie qui me passionnent : dans une liturgie digne de ce nom, elles doivent continuer celles du Christ dans l’Évangile, puisque c’est Lui qui agit dans la liturgie. C’est ce lien entre christophanie et liturgie que nous devons vraiment approfondir : pour cela il faut sans doute renouveler aussi notre regard sur les Écritures. Cela explique ce que disait le fondateur de l’École biblique, le vénérable fr. Marie-Joseph Lagrange : « J’aime entendre l’Évangile chanté par le diacre à l’ambon, au milieu des nuages de l’encens : les paroles pénètrent alors mon âme plus profondément que lorsque je les retrouve dans une discussion de revue ». Lorsque l’on déroule le rouleau de la Tora à la synagogue, ou qu’on ouvre l’Évangéliaire à l’église, on ne s’apprête pas à lire pour « s’informer » ni pour « comprendre » : on va continuer à « vivre » l’histoire sainte. Quand on déploie le Livre, en liturgie, la Parole divine s’adresse à nous ici et maintenant : il doit se passer quelque chose  ! Si cela peut être utile, je serai heureux de proposer ce genre d’apports, inspirés de la poétique et du judaïsme, aux prochaines recherches de la Congrégation.

Déblocage des traductions liturgiques

Une commission pour assouplir les règles de traduction des textes liturgiquesUne commission a été constituée au sein de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements en vue de faire évoluer l’instruction Liturgiam authenticam sur la difficile question des traductions des textes liturgiques, a appris La Croix.

« La rigidité dont la congrégation a fait jusqu’ici preuve vis-à-vis des traductions réalisées par les différents épiscopats a été la source de blocages et de paralysies, souligne un observateur. Il faut admettre des traductions qui tiennent compte à la fois de la fidélité aux sources et de la culture de ceux qui les reçoivent. »

Lire la suite…

L’évangile selon Macron

Macron : peut-on croire à l’Emmanuel ?A lire, cette passionnante tribune des AlterCathos : « Une personnalité politique semble vouloir endosser, plus encore que les autres, le costume de Messie national : Emmanuel Macron. Si l’on résume souvent le phénomène Macron à une « bulle médiatique » gonflée d’ambitions personnelles et de soif de renouveau – forme de divertissement médiatique dans un univers politique marqué par l’alternance –, il importe de comprendre en quoi la campagne d’Emmanuel Macron est à prendre au sérieux dans sa manière d’entrer en résonance avec la crise profonde que traverse notre pays. Surtout, il est essentiel de se demander ce que le messie Macron est réellement venu apporter en politique et vers quelle Terre Promise il souhaite nous emmener. Est-il venu pour sauver la politique ou pour la perdre ? ». Extrait de cette contribution au discernement :

Plus largement, il est essentiel de s’interroger sur la place dévolue au politique par rapport à l’économique dans le projet macronien : la politique vise-t-elle à nous projeter dans un horizon de bien commun à partir de l’analyse de la situation actuelle ou a-t-elle pour ambition d’adapter une société aux évolutions de la sphère économique ? La question est cruciale lorsqu’on la rapporte aux interrogations formulées par le Pape François dans l’encyclique Laudato Si, où il exprime ses inquiétudes concernant la soumission du politique à un « paradigme technico-économique ». Un des maux politiques actuels est, pour le Pape François, la renonciation du politique à dessiner un horizon du bien commun à partir des urgences économiques, sociales et écologiques pour se réfugier dans une fonction de chambre d’enregistrement des évolutions techniques et économiques. Emmanuel Macron semble bel et bien participer de cette défaite assumée du politique. Ses allusions à la transition énergétique ne sont d’ailleurs que l’occasion d’évoquer les opportunités à saisir en matière de green business.

Lire la suite…

Nombreux sont les débats sur la liturgie…

Capture« Nombreux sont les débats sur la liturgie, mais les rubricaires ont eu tendance à filtrer le moustique et engloutir le chameau. Ils ont sauvé leurs dentelles, et laissé se perdre la dentellière. Attention à l’amict, et qu’importe si les ornements sont fabriqués en Chine, si les cierges méprisent les abeilles et que les hosties soient pressées par des machines allemandes – pourvu qu’elles soient bien fines et blanches ! Ils ont gardé les apparences, tout en se laissant envahir par la marchandisation.

Bien sûr, comme tous les appareils technologiques, le micro s’est présenté comme une aide, un coup de pouce, un moyen neutre ; et voilà que tout s’est reconfiguré autour de lui. Le style de la célébration s’en est trouvé changé. On ne donne plus vraiment de grand-messe : on amplifie des messes basses ».

Fabrice Hadjadj en tonton ronchon, dans Limite

Pour le grand imam d’Al-Azhar, la dhimmitude est un concept anachronique

le cheikh Ahmed Al TayyebC’est une nouvelle remarquable, que rapporte Radio Vatican, « qui marque une date importante dans l’histoire des relations interreligieuses en Egypte. »

Lors d’une interview télévisée le 13 janvier dernier, le grand imam d’Al Azhar, le cheikh Ahmed Al Tayyeb est revenu sur le concept de la dhimma, la protection que l’Etat musulman accordait aux minorités non-musulmanes à l’époque médiévale. La principale autorité du sunnisme a expliqué que ce terme était devenu anachronique.

[…]

Le cheikh d’Al Azhar faisait, dans sa déclaration, essentiellement référence aux coptes, les chrétiens d’Egypte, souvent victimes de discriminations. «La citoyenneté, réclamée par les manifestants de la révolution de 2011, est la seule garantie de l’égalité et de stabilité pour la société d’aujourd’hui » a-t-il expliqué.

Ahmed Al Tayyeb avait rencontré le Pape François le 23 mai 2016 au Vatican. Une visite historique qui avait confirmé le réchauffement entre l’institution du Caire et le Saint-Siège. A l’issue de cet entretien, le cheikh avait fait l’éloge du Souverain Pontife. Il avait aussi expliqué que les musulmans et les chrétiens souffraient ensemble de la violence et du terrorisme, qui frappe l’Egypte.

Pio bien-aimé, tu as été et tu es, pour l’éternité…

Capture« Tu as été attendu, espéré, aimé. Tu es pleinement homme, tu es unique et nous t’aimons toi. Ainsi, notre chagrin n’est pas celui de la déception d’un projet d’enfant remis à plus tard : notre chagrin c’est celui de l’absence de toi. Le vide laissé que ressent ta mère si profondément dans son corps comme dans notre coeur à tous les deux, c’est le manque de toi, Pio, unique et irremplaçable ».

Lettre de Pierre-Louis et Clémence à leur fils Pio

 

Dominicains : envoyés pour prêcher l’Évangile

Capture« C’est à partir de la célébration du Chapitre de Trogir en 2013 que l’idée d’un congrès pour la Mission de l’Ordre a été proposée comme moment central de la célébration du Jubile des 800 ans de la confirmation de l’Ordre en 2016. Point de départ d’un chemin nouveau pour la mission de prédication de l’Ordre, le Congrès aura pour thème principal celui déterminé par le Chapitre Général pour la célébration de l’année jubilaire des 800 ans de l’Ordre : Envoyés pour prêcher l’Évangile ».

Lire plus…

Pensée du jour

Il est bon, il est sain que notre conscience soit révoltée par le mal et par la souffrance.

François Varillon

Radiographie du vote catholique à la mi-janvier

ifop FC

Famille Chrétienne expose les résultats d’un sondage Ifop sur le vote des catholiques à la présidentielle, effectué à sa demande.

Si la dynamique en faveur de François Fillon semble se confirmer, il est intéressant de constater que le vote FN des catholiques pratiquants s’est considérablement rapproché de la moyenne des Français et qu’Emmanuel Macron mobilise beaucoup moins chez les catholiques pratiquants que dans l’ensemble de la population (9% d’un côté, 17% de l’autre).

A ce stade, plusieurs facteurs amènent à prendre avec des pincettes ces intentions de vote des catholiques, comme les intentions de vote en général. Les catholiques ne sont pas plus épargnés que l’ensemble des Français par une lassitude à l’égard de la classe politique, une tendance au vote « flottant », incertain, évoluant au gré des mois et des semaines. A gauche, le champ reste encore très ouvert dans l’attente des résultats des Primaires et, plus encore, de ses suites : dans quelle mesure se dirige-t-on vers une dispersion des votes à gauche ? Les catholiques ont sans doute des positions plus arrêtées que la moyenne des Français sur les différents candidats de la Primaire de gauche, selon leur rapport au fait religieux, ce qui pourrait les amener à dédaigner le candidat socialiste, selon la personalité élue.

Des cathos de gauche qui veulent une autre gauche

Offering a red roseCertains catholiques de droite pourraient se satisfaire sarcastiquement de ce qui va suivre et pourtant ils ont tort – sur le sarcasme ! – car, oui, il est essentiel que ceux qui croient dans le Christ soient et agissent partout dans l’échiquier politique et aussi à gauche.

Mais oui, il semble difficile en ce moment d’être chrétien voire catholique à gauche. Régis Passerieux, candidat des Poissons Roses, la frange personaliste au PS, devient candidat hors la primaire de « la belle alliance », après son éviction dans le cadre du process du parti, fort d’un constat amer :

Ainsi, un constat lucide doit être établi : le Parti Socialiste ne porte plus l’ambition de faire participer tous et chacun à une conception exigeante du bien commun.

Et dans la foulée, des catholiques engagés comme Samuel Grzybowski, Fondateur et ancien Président de Coexister, et Jerôme Vignon, nouvel ex-Président des Semaines Sociales de France, contribuent à une tribune dans les colonnes de La Vie intitulée « La gauche que nous aimons », disant entre autres :

La gauche vit dans la crise la fin d’un long cycle qui a pris naissance dans les espérances des Lumières et le mythe fondateur de la Révolution. Un cycle marqué par le ralliement de citoyens chrétiens, très investis dans l’action sociale, constituant ainsi un héritage original, parfois source de conflits. Sans doute est-ce le moment de cicatriser les vieilles blessures pour refonder l’avenir.

Il est en effet triste et amer de voir une sensibilité politique oublier ce que les « cathos » leur ont apporté et comment ils ont contibué à leur identité politique. La liste serait longue et l’auteur devrait avoir plus de temps pour vous le restituer …

Gardons dans nos prières et en amitiés ces frères et soeurs qui cherchent en fidélité avec leur foi – la nôtre ! – à ouvrir un chemin dans la partie gauche de la politique en France!

Et tiens, si vous souhaitiez trouver quelques repères pour analyser les programmes des candidats aux prochaines échéances électorales, vous pouvez vous nourrir des 12 propositions d’Esprit civique (pour rester dans un regard de gauche …) ; c’est par ici !

 

 

Une lettre du Pape aux jeunes

cq5dam-1Chers jeunes,

J’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon coeur. […]

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram: « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous: ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos coeurs à travers le souffle de l’Esprit Saint. […]

Je souhaite aussi vous rappeler les paroles que Jésus dit un jour aux disciples qui lui demandaient: « Maître, où habites-tu? ». Il répondit: « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Vers vous aussi Jésus tourne son regard et vous invite à aller chez lui. Chers jeunes, avez-vous rencontré ce regard? Avez-vous entendu cette voix? Avez-vous ressenti cette ardeur à vous mettre en route? Je suis sûr que, même si le vacarme et la confusion, semble régner dans le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète. […]

Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3).

Es-tu témoin ou perroquet ? Petite leçon d’évangélisation par le pape François

Témoigner du Christ seulement en paroles, c’est être «un chrétien-perroquet»Le Pape François s’est rendu dimanche dernier à la paroisse Sainte-Marie de Setteville, dans l’agglomération romaine, où il a passé « plusieurs heures sur places, prenant le temps de rencontrer les différents acteurs de la vie de la paroisse, notamment des groupes d’enfants et de scouts avec lesquels il s’est livré au jeu des questions-réponses pendant environ 30 minutes »nous dit Radio Vatican. « Il leur a rappelé que le témoignage chrétien consiste à parler du Seigneur avec joie, malgré toutes les épreuves de la vie. »

Zenit fournit la retranscription de son échange avec les enfants. Extraits :Lire la suite

Unité des chrétiens : « l’amour du Christ nous presse »

Visuel_UC_2017_définitif_WEBDu 18 au 25 janvier a lieu la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, sur le thème « l’amour du Christ nous presse ».

Le 31 octobre 1517, Martin Luther affichait sur la porte de l’église du château de Wittemberg ses 95 thèses sur les indulgences qui déclenchèrent le mouvement de la Réforme protestante. En vue d’une commémoration commune des origines de la Réforme en 2017, les Églises d’Allemagne proposent comme fil conducteur de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne l’œuvre de réconciliation du Christ, à partir d’un passage de la deuxième lettre de Paul aux Corinthiens (5, 14-20). Elles mettent en valeur deux axes principaux :

  • célébrer l’amour et la grâce de Dieu.
  • reconnaître la douleur causée par les profondes divisions que la Réforme a générées et qui ont affecté l’Église, à nommer ouvertement les fautes commises et en demander pardon, nous offrant ainsi une opportunité de progresser vers la réconciliation. Le passage biblique choisi souligne que la réconciliation est un don de Dieu pour l’ensemble de la Création.

Les grands moments de l’histoire de l’Église

Capture« L’Église ne peut se comprendre elle-même et avancer vers son avenir sans faire mémoire de son passé. Le parcours montrera comment elle est née et quelles ont été les grandes étapes de son histoire : les communautés des premiers siècles, la chrétienté médiévale, le temps des Réformes, l’histoire des missions, l’Église des XIXe- XXe siècles avec le tournant de Vatican II, les évolutions jusqu’à nos jours ».

Formation sur 8 mercredis, du 25 janvier au 22 mars, au Centre Sèvres

Voir plus…

La compagnie des anges

Capture« Il nous est bon de redécouvrir, à travers la présence des anges, que notre vocation et notre mission ici-bas s’inscrivent dans l’œuvre du Père qui mobilise ses serviteurs sur la terre et dans le ciel. Ayons l’humilité de reconnaitre l’action mystérieuse des anges dans notre vie comme ces enfants auxquels il nous faut ressembler pour avoir accès au royaume de Dieu (cf Mc 10, 14-15) ».

Lire la chronique de Mgr Jachiet

Les broyeurs d’existence

Capture« Nous préférons, pour notre part, continuer à défendre, avec Orwell et Michéa, un anarchisme conservateur. Car nous nous méfions tout autant de l’étatisme ventripotent que du libéralisme élastique, de l’inertie du premier que de la flexibilité du second. L’un comme l’autre, à la lumière de l’Histoire, nous paraissent de gigantesques broyeurs d’existence. De même, nous avons déjà soupé de l’ivresse des table rase et de l’hypnose de l’immuable. Nous avons goûté l’amère potion du progrès. Quant aux boîtes de conserve pleines de substances chimiques, nous les digérons mal. La vérité, c’est que nous voulons rester vivants, de chair et de sang, ni liquéfiés par l’Émancipation, ni pétrifiés par la Tradition. Qu’on nous permette de croire qu’entre Charybde et Scylla, il y a une autre voie ».

Lire plus dans Limite

Pensée du jour

Me connaître, c’est découvrir qui je suis avec l’étranger, et également au cœur de mon être ; c’est me porter vers l’extérieur et vers l’intérieur.

Timothy Radcliffe

Vous voulez une paroisse parfaite ?

Capture« Au fil de sa méditation prononcée d’abondance de cœur, le pape a souligné que les disciples ‘avaient bien des péchés’ mais ‘ils n’étaient pas médisants, ils ne parlaient pas mal des autres’.

Il a alors dénoncé la tentation de ‘dire du mal, de se croire supérieurs les uns des autres’. ‘Une communauté où il y a des médisances est incapable de témoigner’, a-t-il asséné : ‘Vous voulez une paroisse parfaite ? Aucune médisance ! Aucune. Si tu as quelque chose contre quelqu’un, va lui dire en face ou le dire au curé, mais pas entre vous' ».

Lire plus sur Zenit

 

Garder les yeux levés vers les montagnes

Capture« Il faut partir, sortir, garder les yeux levés vers les montagnes. À Cracovie, dans la cérémonie où il rencontrait pour la première fois les jeunes de la Journée Mondiale de la Jeunesse, le pape François les a invités à mettre en œuvre leur dynamisme de foi pour s’élever, pour avancer et entraîner les autres à la suite du Christ, en se gardant d’être des pensionnés avant l’âge. Il les a engagés à monter, à prendre de la hauteur, dans la poursuite de vrais rêves et non dans l’abandon à des vertiges artificiels qui les aliènent ».

Monseigneur Le Gall, archevêque de Toulouse

Marche pour la Vie : « Tout est lié » !

Mgr LebrunMgr Lebrun est interrogé dans Famille chrétienne, à l’occasion de la Marche pour la Vie du 22 janvier.

Il est important que les évêques soient présents pour toutes les personnes en difficulté, en particulier les plus précaires ou les plus loin de Dieu. Cette année, le jour de la Marche pour la vie, je célébrerai les 10 ans de la mort de l’abbé Pierre à Esteville où il s’était retiré. L’abbé Pierre est emblématique du cri lancé pour les plus démunis. Or, y a-t-il plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? « Tout est lié » dit le Pape François : « Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés » (Laudato si’ n° 120).

[…] Évêques et fidèles catholiques, nous pourrions faire notre autocritique sur notre retard à les prendre en considération concrètement comme le font magnifiquement des associations comme l’Arche, À bras ouverts et tant d’autres. Je pense aux églises construites avec des volées de marches, et donc inaccessibles à bien des personnes. Comment cela se fait-il que nous ne prenions pas plus soin des petits d’homme ?

Eplucher les programmes de la prochaine Présidentielle

15442200_1497887760225477_7043659777134640687_nA l’approche des élections présidentielles, « La Politique une Bonne Nouvelle » vous propose les 11 et 12 mars prochain un weekend d’échange, de lecture et de réflexion sur les programmes électoraux.

Au programme :

– Tables rondes avec hommes et femmes de lettres, de foi, engagées en politique, dans la cité,
 Ateliers pour approfondir les enjeux et les programmes,
– Messe et temps de relecture,
– Jeux pour retrouver le sens du politique,
– Et bien d’autres surprises …

Les infos : contact@politiquebonnenouvelle.eu  ou https://www.facebook.com/events/156435471503370/

Des pasteurs selon mon Coeur

PartJean Marie Vianneyout, le besoin est criant de pasteurs capables de peindre une vision du futur, de gouverner pour la faire advenir et de faire émerger de nouveaux responsables au service d’une Église de disciples-missionnaires. Faute de formation adéquate, nombre de prêtres vivent leur responsabilité de gouvernement comme une souffrance, une tâche épuisante ou avec une ambition si limitée qu’elle bride la croissance de l’Église.

Comment laisser se déployer la formidable dynamique de croissance de l’Église ? Comment faire rayonner nos paroisses pour une plus grande fécondité ? Comment passer d’une pastorale de conservation à une pastorale de la mission ? Comment faire émerger la prochaine génération de disciples missionnaires ? … En fait, comment éviter de laisser perdre le don que Dieu veut nous donner ?

La finalité du parcours « Des pasteurs selon mon cœur » est de préparer les prêtres et des pasteurs au gouvernement de leur communauté pour y susciter des disciples-missionnaires dans une dynamique de croissance de l’Eglise. Il s’inscrit dans le cadre ecclésiologique et ministériel du « Munus regendi » inséparable des fonctions prophétique et sacerdotale.

Après une formation qui dure toute une année, les prêtres qui ont participé à ce parcours sont invités à un week-end avec des chrétiens engagés dans leur paroisse, les 14 et 15 janvier à Ars, village du saint Curé. Ce sont 120 prêtres et un millier de laïcs qui s’y retrouveront, pour découvrir l’esprit des « Pasteurs selon mon Coeur » et insuffler une dynamique missionnaire dans leur communauté.

 

Disparition du cacozèle, de l’écrenne et du gibelet

Capture« Une idée simple et efficace consiste à ouvrir un dictionnaire ancien, et à cocher les mots qui sont complètement ignorés de nos jours. Les pertes, les oublis, les changements de sens que l’on constate alors témoignent à l’évidence de la marche de la langue au fil des siècles. C’est l’exercice auquel s’est brillamment livré Jean-Marc Mandosio avec le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière publié pour la première fois en 1690, sous le règne de Mme de Maintenon. Le résultat s’intitule Les Mots obsolètes ; il marque clairement, avec humour, le chemin parcouru par le lexique français au cours de ces tumultueux trois cents ans ».

Claude Duneton, dans Le Figaro

J’étais étranger…

Capture« Au moment où l’Italie devient terre d’immigration et où l’Europe veut choisir ses immigrés, Enzo Bianchi, le prieur de la communauté de Bose, nous invite, dans une vigoureuse exhortation spiri­tuelle, à méditer sur l’accueil de l’étranger et l’hospitalité. Au coeur de cette lecture biblique, une très belle et riche médita­tion de l’apparition à Mambré articule les deux grandes parties de ce petit livre ».

Lire plus dans Christus

Pensée du jour

Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.

Marcel Pagnol

La théologie implicite contenue dans les albums de Tintin

Capture« Qu’est ce qui peut réunir deux brillants académiciens, un universitaire italien et l’exécuteur littéraire du cardinal J.-M. Lustiger ? Une même passion pour Tintin ! Alors que s’achève l’exposition Hergé au Grand Palais, le Collège des Bernardins organise, le 18 janvier, une conférence exceptionnelle, réunissant Jean-Luc Marion et Rémi Brague, de l’Académie, Giovanni Maria Vian, directeur de l’Osservatore Romano, et Jean Duschesne. Pourquoi cet engouement ? »

Voir les explications de Jean-Luc Marion…

Ensemble, devenir plus humains

CaptureCe sera le thème de cette conférence-rencontre de Jean Vanier, le mercredi 18 janvier 2017 à 20h à la Grande Crypte de Saint-Honoré-d’Eylau (Paris).

Le cœur de l’homme, c’est rencontrer. Rencontrer le cœur profond. Ne pas vouloir toujours plus. Découvrir que chacun est un trésor. Nous sommes dans un monde où il y a tellement de conflits… Le drame est l’écart entre riches et pauvres. Le sens est d’être ensemble…

Voire plus sur le site de l’OCH

Libé face au phénomène Fillon

Sans titre

Encore un article qui s’emploie à analyser la place de l’électorat catholique dans la présidentielle.

Alain Duhamel livre dans une chronique politique publiée dans Libération hier son analyse sur le fameux «je suis gaulliste et, de surcroît, je suis chrétien» de François Fillon, qui n’a pas fini de faire couler de l’encre. La première partie est intéressante, rappelant que l’argument de « séparation entre politique et religion » est un faux argument. Il est dommage que la seconde résume la question identitaire au seul vote FN, sans analyser davantage les évolutions de l’électorat de droite, la droitisation de la vie politique française, la connexion croissance entre questions identitaires et questions religieuses. Preuve que le FN polarise toujours les commentateurs de la vie politique française, plus encore que le seul jeu politique.

Un article qui peut néanmoins être salué dans la mesure où il part du point de vue des catholiques :

« C’est, en réalité, plus gênant pour l’Eglise catholique que pour la République laïque, car l’objectif de François Fillon n’est en rien de remettre en cause la loi de 1905 mais est, en revanche, très clairement de disputer l’électorat catholique traditionaliste au FN. »

Shakespeare en prison

« J’ai regardé les hommes changer »

« Cette expérience montre qu’une bonne partie des personnes que nous incarcérons ont beaucoup à rendre à la société »